Synthèse de presse

15 mai 2018

12h51 | Par INSERM (Salle de presse)

Les seniors sont plus facilement distraits car ils restent vigilants

Une étude menée par des neuroscientifiques américains, anglais et japonais, et dont les résultats sont repris par Le Figaro, révèle que le cerveau des seniors reste en alerte même lorsqu’ils se concentrent sur une tâche, avec pour revers une distraction plus élevée au sein de cette population. Les chercheurs ont observé en IRM l’équilibre attentionnel de 24 seniors âgés de 55 à 75 ans, soumis à des exercices de concentration. Ils l’ont ensuite comparé à celui de 28 jeunes adultes âgés de 18 à 34 ans. « Les adultes âgés sont généralement mauvais pour bloquer les informations non pertinentes. Ainsi, des adultes âgés activent autant que des jeunes les représentations mentales de la tâche sur laquelle leur attention est focalisée, mais ils échouent à supprimer les représentations qui devraient être ignorées », indique l’étude. A l’ère de l’envahissement numérique, cette caractéristique peut désavantager, ne permettant pas par exemple de désactiver notre système d’alerte cérébral si nous ne consultons pas tout de suite le message qu’une notification nous signale sur notre téléphone.

Le Figaro, 15/05

Pratique de la chirurgie de l’obésité en France

Selon un rapport de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), le nombre de chirurgies bariatriques, qui consistent à réduire les capacités de l’estomac, ont été multipliées par 21 en 20 ans en France, passant de 2 800 en 1997 à 60 000 en 2016. Cette tendance s’explique par l’augmentation du nombre de personnes obèses dans l’Hexagone depuis la fin des années 1990, mais aussi par le développement des techniques chirurgicales. La France est l’un des pays occidentaux à réaliser le plus de ces interventions, souligne Le Figaro. Sur 10 000 personnes, 8,4 ont ainsi eu recours à la chirurgie bariatrique en France en 2014, contre 6,1 aux Etats-Unis et 1,2 en Angleterre. Une différence qui peut trouver sa source dans les différents systèmes de santé des pays et les normes diverses. Dans ses recommandations de 2009, la Haute Autorité de santé préconisait d’avoir recours à la chirurgie uniquement en deuxième intention, après l’échec d’autres traitements. François Pattou, chirurgien au CHU de Lille, se montre néanmoins prudent en mettant en avant les différences de suivi des patients selon les centres. En France, environ 500 centres pratiquent la chirurgie bariatrique.

Le Figaro, 15/05

En Bref

La révision des lois de bioéthique concernera notamment le diagnostic pré-implantatoire (DPI), qui permet de diagnostiquer certaines anomalies chromosomiques ou génériques sur l’embryon lors d’une fécondation in vitro. Ce diagnostic n’est toutefois réservé qu’aux couples à haut risque de maladies génétiques graves. Jacques Testard, directeur de recherche honoraire à l’Inserm, est intervenu sur le sujet dans Le Magazine de la Santé de France 5. Il a notamment évoqué la distinction éthique entre le DPI et le diagnostic prénatal.

France 5, 14/05

Dans les pays industrialisés, le nombre de personnes victimes de rhinite allergique est en constante progression. Les modes de vie sont le premier coupable, relève un article publié sur Yahoo.fr. « Pour qu’une allergie apparaisse, il faut plusieurs éléments : un terrain génétique favorable et dans l’environnement, un ou plusieurs allergènes », indique Isabella Annesi-Maesano, chercheuse à l’Inserm. Une évolution en quelques années de la susceptibilité génétique apparaissant comme peu probable, l’hypothèse environnementale demeure la plus plausible pour expliquer la hausse des allergies. Mme Maesano met également en cause le mode de vie, notamment la mobilité géographique vers des régions riches en pollens.

Yahoo.fr, 13/05

Des chercheurs en anthropologie évolutionniste allemands et britanniques ont suggéré que la sensibilité humaine aux migraines était née de l’adaptation de notre espèce aux régions les plus froides du globe. Ils ont mis en avant un variant génétique plus largement répandu chez les individus vivant aujourd’hui dans les zones les moins chaudes du globe. Or, comme le rappelle Sciencesetavenir.fr, cette variation du gène TRPM8 se trouve étroitement corrélée à la susceptibilité de souffrir de migraines. Le gène en question, explique Gabriel Bidaux, chercheur Inserm spécialiste de ce récepteur, est connu pour coder une protéine « fonctionnant comme un senseur thermodynamique, responsable de la détection du froid de par son expression dans les neurones innervant l’épiderme ».

Sciencesetavenir.fr, 14/05

Lexpress.fr s’intéresse aux liens existant entre alimentation et bon fonctionnement du cerveau. Certains antioxydants peuvent notamment agir contre le vieillissement. « Les polyphénols, et notamment le resvératrol et les anthocyanes, ont un rôle protecteur sur le cerveau », explique Michel Hamon, neuropharmacologue, directeur de recherche honoraire à l’Inserm, vice-président scientifique de la Fédération pour la recherche sur le cerveau et membre correspondant de l’Académie de médecine. Il précise : « Leurs propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires limitent les processus inflammatoires en cause dans le vieillissement cérébral et les pathologies neuropsychiatriques ».

Lexpress.fr, 14/05

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube