Synthèse de presse

22 octobre 2019

11h59 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Le VIH associé à une baisse de la mémoire chez les 55-70 ans

Une étude menée par équipe de scientifiques de l’Inserm a démontré que les patients atteints par le VIH sont plus susceptibles de présenter des déficiences neurocognitives (DNC) que les personnes non porteuses du virus. Publiée dans la revue Clinical Infections Disease, cette avancée se fait l’écho de récentes études ayant établi une baisse de l’attention, de la mémoire et des capacités motrices chez les patients atteints du VIH par rapport aux personnes non infectées par le virus. Les travaux ont été réalisés sur un panel de 12 000 personnes au total, dont 200 atteintes du VIH, toutes âgées de 55 à 70 ans. Ces travaux de recherche, pilotés par le professeur Alain Makinson, montrent que la différence de prévalence des déficiences neurocognitives entre les 200 patients atteints par le VIH et les autres participants est importante : 35% pour les premiers contre 24% pour les seconds. Les auteurs de l’étude notent que « le risque de souffrir d’une DNC est donc accru de 50% pour une personne infectée par le VIH comparée à une personne non infectée, tous critères égaux [âge, genre, niveau d’éducation] ».

Egora, Relaxnews, Doctissimo.fr : repris du communiqué de presse « Vieillir avec le VIH associé à un risque accru de développer des déficiences cognitives » du 17/10/2019

Nouvelles fonctionnalités d’édition génétique

Le Figaro signale une amélioration des ciseaux génétiques CRISPR/Cas9, œuvre d’une équipe américaine menée par David Liu (université de Harvard). Sur les quelque 75 000 variants génétiques liés à une pathologie, la grande majorité ne pouvaient pas être corrigés avec les ciseaux génétiques classiques. Après avoir réussi à corriger avec succès les mutations responsables de la drépanocytose ou de la maladie de Tay Sachs, David Liu et ses collègues affirment qu’avec ces nouveaux ciseaux génétiques, près de 89% des mutations associées à des pathologies pourraient sur le papier être corrigées.

Le Figaro, 22/10

En Bref

L’Agence régionale de santé (ARS) de Provence-Alpes-Côte d’Azur rapporte qu’un second cas autochtone de virus Zika, contracté en France métropolitaine, a été observé à Hyères (Var) dans le même quartier que le précédent cas signalé début octobre. Il s’agit, selon l’ARS, des deux seuls cas de virus autochtone observés en France métropolitaine, ajoutant que les deux personnes sont guéries.

AFP, 21/10

 

Le site de Femme actuelle rappelle que le syndrome des jambes sans repos, également appelé maladie de Willis-Ekbom, affecte 2% de la population. Deux tiers des personnes atteintes sont des femmes. Yves Dauvilliers, directeur de l’Unité de Sommeil de l’Inserm, impute cette maladie à une baisse des taux de fer qui perturberait la régulation de la dopamine. Il souligne que « parmi les 9% d’insomniaques chroniques sévères en France, une certaine proportion a en réalité un syndrome des jambes sans repos méconnu ».

Femmeactuelle.fr, 21/10

Selon une enquête menée par Santé Publique France dans 167 établissements de santé et 500 Ehpad, un tiers seulement des professionnels de santé se sont fait vacciner contre la grippe l’hiver dernier, alors qu’ils sont en contact avec des publics fragiles. Une proportion jugée insuffisante par l’organisme alors que 8 000 décès ont été attribués à cette maladie l’an dernier.

Le Figaro, 22/10

Les Echos se sont concentrés sur la nouvelle technologie imaginée par la jeune pousse lilloise Axorus : une rétine artificielle pour les patients atteints de Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). La société va lancer d’ici à la fin de l’année les essais animaux au sein de l’Institut de la vision de paris afin de fabriquer les différents prototypes et d’augmenter la densité des pixels. L’idée est de recouvrir quelques millimètres carrés de la rétine, car « plus il y aura de pixels, meilleure sera la vue », explique Jean-Damien Louise, président d’Axorus. Si cette phase préclinique s’avère concluante, la société pourra passer aux essais sur l’homme, avant une commercialisation espérée de cette rétine bionique en 2024.

Les Echos, 22/10

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube