Synthèse de presse

24 avril 2018

11h41 | Par INSERM (Salle de presse)

L’hypertension artérielle, un fléau français sous-estimé

Les données d’une enquête nationale sur l’hypertension artérielle, rendues publiques ce mardi et relayées par Libération, alertent sur le nombre croissant de personnes touchées par cette pathologie en France. L’HTA est en effet aujourd’hui la maladie chronique la plus fréquente dans l’Hexagone, atteignant près d’un adulte sur trois. Selon l’enquête, baptisée Esteban, la prévalence s’élève ainsi à 30,6% chez les 18 à 74 ans. Le taux est bien plus élevé chez les hommes que chez les femmes et augmente avec l’âge. Deux motifs d’inquiétude apparaissent néanmoins : seule une personne sur deux a conscience de son hypertension et parmi les personnes traitées, 55% ont une pression artérielle contrôlée. Les hommes français sont en outre plus touchés que dans les autres pays à revenus élevés et les malades français sont moins au courant qu’aux Etats-Unis, en Allemagne ou en Angleterre. Des questions se posent alors en matière de dépistage, mais aussi sur l’information du patient après ce dépistage. Les auteurs de l’étude mettent également en avant une poussée réelle de l’obésité chez les femmes françaises et relèvent une diminution du niveau d’activité physique moyen. Un constat d’autant plus alarmant qu’en juin 2011, la haute tension artérielle sévère a été retirée de la liste des affections de longue durée. 

Libération, 24/04

Les femmes et les hommes inégaux face à la migraine

Des chercheurs américains ont tenté d’expliquer pourquoi les migraines touchaient davantage les femmes que les hommes. Ils ont étudié le rôle du NHE1, un échangeur de sodium et d’hydrogène, soit une enzyme qui régule le transport de ces deux molécules à travers les membranes et notamment celles du cerveau. Lorsque le taux de NHE1 n’est pas assez élevé ou qu’il y a un dysfonctionnement « dans le transport », cela impacte les tissus cellulaires cérébraux et peut conduire à une migraine. Les chercheurs ont constaté que l’expression de la NHE1 était 4 fois plus élevée dans le cerveau des rats mâles que dans celui des femelles. La fluctuation du taux d’œstrogène modifie en outre l’expression de la NHE1 et peut donc influencer le déclenchement de la migraine. La France compte 10 millions de migraineux. Selon l’Inserm, 14 à 18% des femmes en sont affectées, de même que 6% des hommes et 5% des enfants. « Chez l’enfant, la durée d’une crise de migraine est souvent plus courte que chez l’adulte et la douleur est souvent frontale ou bilatérale », explique l’Inserm. Les résultats de l’étude pourraient permettre de créer des traitements plus efficaces et adaptés à chacun des sexes.

Pourquoidocteur.fr, 23/04

En Bref

Dans son émission Télématin, France 2 indique qu’une équipe de l’Inserm a développé une nouvelle technologie d’imagerie ultra performante du nom de Petrus. Mickael Tanter, physicien à l’Inserm, explique dans ce cadre qu’il s’agit d’une technologie alliant l’imagerie nucléaire, le scanner et les ultras sons. Ce système va permettre de faire de grandes découvertes dans le domaine du diagnostic du cancer et des maladies cardiovasculaires. Un prototype est envisageable dans les deux ans. Il pourrait être installé à l’hôpital européen Georges Pompidou.

France 2, 24/04

Dans un entretien au site Lequotidiendumedecin.fr, le professeur Antoine Magnan, de l’UMR Inserm 1087, unité de recherche de l’Institut du thorax à Nantes, explique que l’arsenal thérapeutique dans l’asthme sévère s’élargit, mais que les recherches se poursuivent. Il s’agit notamment de mettre au jour d’autres cibles et de mieux définir les différents phénotypes et génotypes des patients.

Lequotidiendumedecin.fr, 24/04

Le CMG développe un score visant à évaluer le risque cardiovasculaire en médecine générale, eRCV. Il prendra en compte quatorze facteurs de risque modifiables documentés, contre cinq pour EuroScore, préconisé en France. L’usage d’eRCV pourrait être couplé à d’autres outils améliorant la pratique médicale et la communication avec le patient tel que Peps. Ce projet, rappelle le Dr. Hector Falcoff, cité par Egora, « a été financé pour trois ans par l’Agence nationale de la recherche et est développé en partenariat avec France Assos Santé, l’Inserm, des sociétés informatiques… » Son objectif est de concevoir un environnement informatisé ciblant à la fois médecin et patient, afin de faciliter la mise en œuvre d’actions personnalisées visant à prévenir la survenue de maladies ou de leurs complications associées au risque cardiovasculaire.

Egora, 23/04

Selon le professeur Franck Carbonnel, chef du service de gastro-entérologie du Centre hospitalier universitaire du Kremlin-Bicêtre, dont les propos sont repris par Lefigaro.fr, l’alimentation « joue très probablement un rôle » dans la genèse de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique. D’autres facteurs peuvent toutefois être en cause, comme des prédispositions génétiques ou un microbiote intestinal déséquilibré. Pour l’heure, aucun traitement ne permet de guérir définitivement ces maladies. Mais « plusieurs voies de recherche sont en cours de développement », explique l’Inserm.

Lefigaro.fr, 23/04

Deux chirurgiens ont introduit, dans une clinique de Versailles, une toute nouvelle approche anesthésique de la chirurgie pour opérer mains et poignets. Le patient reste éveillé avec une anesthésie locale et ne se voit plus contraint de subir une paralysie totale du bras. « Le confort est évident pour le patient », indique Thomas Apard, l’un des deux chirurgiens, qui précise que « l’opération se limite à deux heures tout compris en hyper ambulatoire ».

Le Parisien, 24/04

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube