Synthèse de presse

25 février 2020

12h24 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Coronavirus : comment la France et l’Europe font face

A ce jour, la France est encore loin de l’épidémie, avec un seul malade hospitalisé à Lyon, dont « l’état de santé n’est pas préoccupant », indique le ministre de la Santé. Pour autant, la proximité géographique de l’Italie rend très probable l’apparition de nouveaux cas sur le territoire. Le pays reste donc en « alerte maximale », assure Olivier Véran, pour qui la France est l’un des pays les mieux préparés à faire face au virus. De 400, le nombre de laboratoires équipés de tests de diagnostic va passer à plus de mille, répartis sur tout le territoire. De plus, 70 établissements de santé pourront accueillir les malades du coronavirus, contre 38 jusqu’ici. Enfin, l’État s’apprête à commander plusieurs dizaines de millions de masques de protection pour les soignants en contact avec des malades. Appliquer les mêmes recommandations que pour la grippe reste dans tous les cas la meilleure option. Venu dresser un état des lieux de la situation sur le continent et détailler les mesures possibles, le médecin épidémiologiste de l’Inserm, Eric d’Ortenzio était l’invité d’Europe 1, lundi. Selon lui, « aux vues de l’évolution, le risque est un peu plus important qu’il y a quatre ou cinq semaines où il était très peu probable ». Il écarte la piste de la fermeture des frontières, et se dit sceptique sur un renforcement des contrôles dans les aéroports. Eric d’Ortenzio met l’accent sur la nécessité de s’équiper en masques et d’ouvrir des hôpitaux pour accueillir les malades. Il a conclu en saluant « la prise de conscience et le sérieux de la gestion de la crise en Europe ».

Europe 1, 24/02, Les Echos, Le Figaro, 25/02

Coronavirus : la question des cas asymptomatiques

Alors que le nord de l’Italie fait face à une vague de contaminations (5 morts, 219 cas au 24 février dans le pays, dont 167 en Lombardie), deux aspects sont à distinguer, observe La Croix : d’une part, le caractère asymptomatique du virus chez certaines personnes, d’autre part, la question de la contagiosité à partir d’un sujet asymptomatique. C’est là que le Covid-19 se singularise. Dans le cas des deux précédentes épidémies de coronavirus, le Sras et le Mers, les malades n’étaient ainsi contagieux que lorsqu’ils avaient des symptômes. « Ce coronavirus reste une épidémie nouvelle, explique Sandrine Belouzard, chercheuse du CNRS au Centre d’infection et d’immunité de Lille. On manque encore de recul, et surtout, on est tributaire des données qui proviennent de Chine ». Les données disponibles montrent que pour 80% des personnes touchées, la maladie est plutôt légère ; elle est plus sévère pour 15% des malades, et très grave chez 5%. Aujourd’hui avérée, la transmission par des malades asymptomatiques pourrait bien représenter une proportion importante des contaminations. « L’Inserm et l’Imperial College de Londres ont travaillé sur une modélisation de la propagation de l’épidémie et arrivent au même résultat : plus de la moitié des exportations du virus proviennent de sujets qui n’ont pas eu de symptômes », rapporte Bruno Hoen, directeur de la recherche médicale de l’Institut Pasteur.

La Croix, 25/02

En Bref

Focus des Echos sur la biotech lyonnaise Advanced BioDesign, qui cible les cancers résistants aux chimiothérapies. Elle vient d’annoncer une levée de fonds de 9 millions d’euros, et lancera ses premiers essais cliniques début 2021. Advanced BioDesign a racheté à l’Inserm les droits de propriété intellectuelle sur la molécule Dimate, reformulée en ABD-3001 et protégée par huit familles de brevets. Elle se fixe sur l’enzyme ALDH et l’empêche de fonctionner. La cellule entre alors en apoptose ou mort programmée. Une centaine de tests in vitro menés sur des échantillons de cellules leucémiques, montre que l’ABD-3001, à dose maîtrisée, cible les cellules malades et non les saines, grâce à un marqueur métabolique. Soit « une grande différence avec les chimiothérapies qui ciblent la division cellulaire », souligne Ismail Ceylan, président fondateur de la biotech.

Les Echos, 25/02

Pour améliorer le diagnostic des maladies auto-inflammatoires systémiques (MAIS), un projet européen de grande ampleur piloté par l’Inserm s’attelle depuis mai 2018 à identifier des biomarqueurs spécifiques, rappelle Le Quotidien du pharmacien. En s’appuyant sur les technologies dites « omiques » et l’intelligence artificielle, le projet ImmunAID (pour Immunome Project consortium for Autolnflammatory Disorders), qui mobilise 12 pays, se donne 5 ans pour élaborer une nouvelle classification de ces pathologies ainsi que des tests diagnostiques. Plus de 700 patients devraient être inclus dans l’étude clinique, dont l’investigateur principal est le Pr Bruno Fautrel. Objectifs affichés : réduire l’errance diagnostique et améliorer la prise en charge des patients.

Le Quotidien du pharmacien, 24/02

Une cinquantaine de Sud-Africaines porteuses du VIH ont été stérilisées de force dans des hôpitaux en Afrique du Sud, a révélé une enquête qui fait état de nombreuses violations de leurs droits et appelle à une action gouvernementale, rapporte l’AFP. Cette enquête a été lancée en 2015 lorsque deux organisations de défense des droits des femmes ont approché la Commission pour l’égalité des sexes en Afrique du Sud (CGE) avec 48 cas documentés de stérilisation forcée.

AFP, 24/02

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube