Synthèse de presse

25 septembre 2018

11h36 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Lien entre eczéma et flore intestinale

Une étude, réalisée par le CNRS, l’Inserm, l’Université Claude Bernard Lyon 1, l’ENS Lyon avec l’Institut Pasteur de Lille et le NIH aux Etats-Unis, suggère un lien entre eczéma et flore intestinale. Selon les résultats de cette étude, il est possible de soigner l’allergie en restaurant l’écosystème fragile des intestins. Deux biologistes du CNRS à Lyon ont pris des souris au microbiote intestinal altéré par l’absence du gène MAVS, acteur central de la détection des virus par le système immunitaire. Elles se sont rendu compte que ces souris étaient plus sensibles à l’eczéma. Pour confirmer leur résultat, elles ont ensuite transféré ce microbiote altéré chez des souris normales, qui ont elles aussi développé une réaction allergique exacerbée. « Ce qui nous a étonné dans cette étude, c’est l’action à distance du microbiote intestinal », dans ce cas sur la peau, explique à l’AFP Marie-Cécile Michallet, qui a participé à cette étude publiée dans la revue PNAS. Ces travaux ouvrent la voie à « de nouvelles pistes thérapeutiques : pourra-t-on prochainement traiter l’eczéma, ou améliorer les traitements actuels, en agissant sur le microbiote ? », suggère l’étude.

AFP, 24/09

En Bref

Le cerveau régule le système de défense du corps, explique La Croix. En sécrétant des glucocorticoïdes, le cerveau « empêche le système immunitaire de s’emballer, tout en maintenant pleinement ses propriétés antivirales », résume Sophie Ugolini, de l’Inserm de Marseille. Cette découverte ouvre la voie à une nouvelle stratégie thérapeutique.

La Croix, 25/09

Le mensuel ça m’intéresse explique que « l’Inserm étudie l’adaptation à l’altitude ». Durant l’été et l’automne 2017, Samuel Vergès, chercheur au Laboratoire hypoxie et physiopathologie de l’Inserm, à Grenoble, a donc mené avec son équipe une étude pour mesurer l’effet d’un somnifère sur un organisme déjà soumis au stress de l’altitude. Au sommet de l’aiguille du Midi, face au mont Blanc, les scientifiques ont placé deux volontaires dans les mêmes conditions que des alpinistes partant pour une grande course. Après avoir administré au premier un somnifère (du zolpidem) et au second un placebo, ils les ont réveillés à 1 heure du matin et leur ont fait passer une batterie de tests physiques et cognitifs. Samuel Vergès rend compte des conclusions de l’expérience : « Le zolpidem altère substantiellement l’équilibre et les facultés cérébrales ».

ça m’intéresse, 01/10

Science et Vie rapporte que, le 12 juillet dernier, les 119 députés présents dans l’hémicycle ont décidé de supprimer le mot « race » de la Constitution française. Mais, l’usage de ce mot est courant en recherche fondamentale. De nombreux chercheurs, en particulier aux Etats-Unis, l’utilisent dans le compte rendu de leurs résultats. « Cette question est compliquée pour tout le monde et pour nous pas moins que pour les autres », reconnaît Catherine Bourgain, généticienne et chercheuse à l’Inserm. « On assiste depuis une quinzaine d’années à un puissant regain de la recherche sur les variations et différences génétiques entre populations humaines », explique le mensuel.

Science et Vie, 01/10

Lancé depuis un an par les pouvoirs publics, l’étiquetage simplifié des denrées alimentaires Nutri-Score suscite une forte adhésion auprès des consommateurs, souligne Doctissimo.fr. Une enquête publiée par Santé publique sur le Nutri-Score révèle que 91% des Français sont favorables à cet étiquetage nutritionnel visuel et simple, qu’ils considèrent « facile à comprendre ». Et, 87% des personnes interrogées estiment que l’apposition du Nutri-Score devrait être rendue obligatoire sur tous les produits alimentaires

Doctissimo.fr, 24/09

Science et Vie explique que le syndrome des ovaires polykystiques, « principal trouble de la fertilité féminine cache en fait un dérèglement des neurones, qui engendre des réactions hormonales inappropriées ». L’équipe de Paolo Giacobini, chercheur à l’Inserm et à l’université de Lille, a découvert que le syndrome des ovaires polykystiques serait dû à une exposition anormale du cerveau du fœtus femelle à la testostérone.

Science et Vie, 01/10

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube