Synthèse de presse

30 juin 2020

12h18 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Déjà 500 000 morts du Covid-19 dans le monde

Aujourd’hui en France souligne que le seuil symbolique des 500 000 personnes décédées du Covid-19 vient d’être franchi en six mois dans le monde. Ce seuil a été suivi d’un second celui des 10 millions de cas d’infections officiellement recensés. Le quotidien indique que si la situation s’améliore en Europe, le virus continue de faire des ravages aux Etats-Unis, et le nombre de cas augmente en Amérique du Sud, notamment. Le nombre des décès dans le monde a doublé en un peu moins de deux mois, et 50 000 cas supplémentaires ont été enregistrés ces deux dernières semaines. Le Covid-19 est ainsi passé, d’après les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de la 17e (en mars) à la 3e maladie infectieuse la plus meurtrière, derrière les hépatites et la tuberculose. « Cela reste une maladie assez peu létale comparée à Ebola, la tuberculose ou les cancers par exemple. Mais il reste encore beaucoup d’interrogations, notamment sur les séquelles », analyse le Pr Jean-Daniel Lelièvre, infectiologue à l’hôpital Henri-Mondor (AP-HP) de Créteil (Val-de-Marne). « Ce qui est particulier, c’est la vitesse de l’apparition de cette maladie. Elle est moins mortelle que d’autres, mais elle a complètement bloqué, en plus des économies, les systèmes de santé. On découvre aujourd’hui l’impact sur d’autres pathologies pendant que nous comptions les morts du Covid. Nous voyons désormais arriver dans les hôpitaux, en cardiologie, en rhumatologie, en cancérologie… des patients dans un état gravissime en raison d’un manque de suivi. Comment en est-on arrivé là ? C’est la réflexion qu’il faut désormais mener », souligne l’infectiologue.

Aujourd’hui en France, 30/06

Covid-19 : interruption de collecte de plasma en métropole et poursuite de l’essai en Guyane

L’Etablissement français du sang (EFS) a interrompu la collecte de plasma de patients guéris du Covid-19, a-t-il indiqué lundi 29 juin, en expliquant disposer de « suffisamment » de stocks pour les besoins de l’essai clinique français sur ce traitement Coviplasm. La chercheuse qui dirige cette étude, Karine Lacombe, avait évoqué cet arrêt des prélèvements au cours d’une audition à l’Assemblée nationale, ajoutant que des patients allaient être inclus dans l’essai à Mayotte et en Guyane, où le coronavirus circule encore activement. L’EFS assure par ailleurs avoir constitué « une réserve » complémentaire « pour permettre de prendre en charge les malades dans le cas d’une démonstration de l’efficacité de la transfusion de plasma et de reprise de l’épidémie, le temps de reprendre le prélèvement ». Lancé le 7 avril par l’EFS, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et l’Inserm, cet essai consiste à injecter à des patients souffrant du Covid-19 le plasma de patients guéris, contenant des anticorps dirigés contre le coronavirus, pour évaluer si cela les aide à lutter contre la maladie. Aux neuf hôpitaux d’Ile-de-France pouvant inclure des patients dans l’étude vont s’ajouter deux centres, à Mayotte et « à Cayenne, en Guyane, où on voit que l’épidémie fait rage et que le pic de l’épidémie ne sera probablement pas atteint avant la fin du mois de juillet », a annoncé la Pr Lacombe.

AFP, 29/06

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube