Synthèse de presse

04 décembre 2018

12h09 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser.
Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Myopathie : un gain de force musculaire chez la souris grâce à la metformine

Dans un essai mené par l’Inserm, des souris atteintes de dystrophie musculaire de Duchenne ont récupéré plus de 20% de leur force musculaire grâce à la metformine, un vieil antidiabétique oral, rapportent Topsante.com et Pourquoidocteur.fr. Des chercheurs de l’Unité Inserm 1217 de l’Institut NeuroMyoGène, à l’université Claude Bernard Lyon 1, ont découvert que la fibrose, c’est-à-dire une augmentation anormale de tissu non fonctionnel (fibres de collagène) était associée à la présence de cellules immunitaires spécifiques dans le muscle des patients et de souris atteints de myopathie de Duchenne. Les souris traitées pendant trois semaines avec la metformine ont vu la qualité de leurs muscles s’améliorer, y compris fonctionnellement avec un gain de force musculaire. « Chez ces animaux, la force mesurée au niveau des muscles entourant le tibia après le traitement a augmenté de plus de 20% », soulignent les chercheurs. « Cependant, il faut rester précautionneux, il n’est pas question de traiter la myopathie de Duchenne avec la metformine, mais peut-être, dans un premier temps de diminuer l’état inflammatoire des patients », ajoutent-ils. Ces travaux ont été publiés dans la revue Cell Reports.

Topsante.com, Pourquoidocteur.fr, 03/12

X fragile : les chercheurs sur la piste d’un traitement

Destinationsante.com souligne qu’une équipe française de l’Inserm a identifié le rôle clé d’une protéine dans le développement du syndrome de l’X fragile (FXS), l’une des principales causes génétiques du trouble du spectre autistique. A partir d’une étude sur la souris, Barbara Bardoni et son équipe de l’Inserm ont montré qu’une « cible importante » de cette protéine était produite en « trop grande quantité chez la souris FXS », et ce, sous l’effet d’une enzyme spécifique. Les scientifiques ont administré un inhibiteur de cette enzyme. « Le traitement a non seulement amélioré le déficit de comportement social de ces souris, mais aussi la morphologie de leurs épines dendritiques et la plasticité synaptique dans les régions cérébrales étudiées, et cela même après l’arrêt du traitement. Ces résultats montrent qu’en intervenant à une période critique du développement des souris, il est possible de réduire les effets du FXS sur le long terme », a souligné Barbara Bardoni. Certaines molécules en question existent déjà et sont produites par l’industrie pharmaceutique. Elles « pourraient potentiellement être utilisées pour traiter le syndrome de l’X fragile », concluent les scientifiques.

Destinationsante.com, 03/12

En Bref

Des chercheurs de l’université de Cambridge ont créé un placenta artificiel à un stade très précoce, qui pourrait servir de modèle expérimental pour aider à comprendre pourquoi certaines femmes connaissent des complications au cours de leur grossesse ou n’arrivent pas à la mener à terme, indique La Croix. Quand le placenta ne fonctionne pas correctement, « cela peut provoquer de graves problèmes, tels que la pré-éclampsie ou une fausse couche. Mais notre connaissance de cet organe important est très limitée car nous manquons de bons modèles expérimentaux », a expliqué Margherita Turco, auteure principale de l’étude publiée dans Nature.

La Croix, 04/12

L’Association française pour l’étude du foie (AFEF) a pour objectif que l’hépatite C soit éradiquée en France avant 2025. Les nouvelles molécules pangénotypiques, un meilleur dépistage et un parcours de soins simplifié sont les clés pour atteindre cet objectif.

Le Quotidien du Pharmacien, Le Quotidien du Médecin, 03/12

Ce week-end, dans les Hauts-de-France, a eu lieu le troisième RespirH@cktion, hackathon des maladies respiratoires auquel ont participé près de 400 personnes. Le Figaro a suivi l’une des équipes engagées dans une compétition qui a duré 36 heures. Le grand prix du jury a été remis à Recherche BPCO, une application imaginée par le Dr Olivier Le Rouzinc (CHU de Lille) pour permettre au patient atteint de BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) de repérer les études cliniques accessibles dans sa région.

Le Figaro, 04/12

Selon une étude de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes), une personne ayant une maladie psychique sévère a une espérance de vie inférieure en moyenne de 15 ans à celle du reste de la population. Et, son risque de mourir avant 65 ans est quatre fois supérieur. S’ils ont davantage de facteurs de risque au départ, les patients « psy » sont aussi moins bien soignés en cas de cancer ou de maladie cardiovasculaire. Dans le cadre de ce travail, Magali Coldefy et Coralie Gandré ont analysé 54 681 décès survenus en 2014 chez des patients ayant eu des soins remboursés pour un trouble psychiatrique.

La Croix, 04/12

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube