Synthèse de presse

05 février 2019

11h23 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm   est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

Vers un quatrième plan cancer

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a officiellement missionné hier l’Institut national du cancer (Inca) pour plancher sur un quatrième plan cancer, lors des rencontres organisées par l’Institut. La ministre a annoncé un bilan du plan actuel, qui court de 2014 à 2019. Un comité d’évaluation présidé par une personnalité qualifiée sera installé dans les prochaines semaines et devra associer les usagers. Il rendra en octobre son rapport sur les progrès de la survie et des comportements, et dira si cela découle des actions des divers plans cancer. Il devra également étudier l’impact de ces mesures sur la réduction des inégalités sociales de santé. Agnès Buzyn a ensuite demandé à l’Inca de lui proposer une stratégie de lutte contre le cancer au premier semestre 2020. « Il est impératif de permettre à chacun de réduire son risque de cancer par des choix adéquats au quotidien », a-t-elle affirmé, en rappelant la priorité qu’elle a donnée à la prévention dans son ministère. Elle souhaite également « atténuer l’impact de la maladie » pour les 3,7 millions de personnes qui vivent avec un cancer ou en ont guéri.

Les Echos, 05/02

Des techniques synchrotons mettent en évidence l’action d’une molécule sur un cancer du sein très agressif

Des scientifiques de l’Inserm, du CNRS, de la Sorbonne, de l’université PSL, de l’Université Grenoble Alpes et de l’ESRF, le synchrotron européen de Grenoble, viennent de publier un article dans la revue Angewandte Chemie sur les mécanismes d’action d’une molécule organométallique, intéressante pour son activité antitumorale, rapporte Francetvinfo.fr. Des techniques synchrotrons révèlent les mécanismes d’action d’une molécule dans des cellules d’une forme très agressive du cancer du sein. Certains types de cancer, comme le cancer du sein type triple négatif, restent rebelles aux traitements classiques par chimiothérapie. L’équipe pluridisciplinaire a étudié une molécule organométallique de la famille des métallocènes, un dérivé du métabolite actif du tamoxifène, – un médicament oral d’hormonothérapie très utilisé pour la prévention et le traitement du cancer du sein non invasif et invasif -, et précisé son mécanisme d’action au sein de cellules de cancer du sein type triple négatif. « Nous connaissions l’efficacité de cette molécule à base d’osmium grâce aux travaux approfondis déjà effectués. Mais, nous ne connaissions pas exactement son mécanisme d’action dans des cellules de cancer du sein type triple-négatif. C’est pourquoi nous avons localisé et mesuré les concentrations de cette molécule à l’intérieur même de la cellule cancéreuse, afin de mieux évaluer son efficacité », explique Sylvain Bohic, chercheur Inserm et auteur principal de l’étude.

Francetvinfo.fr, 04/02

En Bref

Une équipe de chercheurs de l’Etablissement Français du Sang (EFS), de l’hôpital et de l’université de Franche-Comté a développé un médicament de thérapie innovante pour lutter contre la leucémie myéloïde chronique, indique Francetvinfo.fr. Ces travaux sont publiés dans la revue Cancer Research. Les chercheurs de Besançon ont eu l’idée d’utiliser la technique des CAR T-cells pour cibler la protéine IL1-RAP à l’origine des difficultés de traitement de cette maladie. Les chercheurs bisontins ont démontré principalement que leur « nouveau récepteur CAR était capable in vitro de tuer les cellules leucémiques de patients et d’éliminer in vivo des tumeurs implantées dans des souris humanisées ». Un médicament de thérapie innovante pourrait ainsi être mis au point grâce aux recherches conjointes de l’EFS, de l’université et de l’hôpital regroupés dans l’UMR 1098 Inserm. Les recherches se poursuivent pour élargir le traitement à d’autres hémopathies.

Francetvinfo.fr, 04/02

Dans un article intitulé « Un « savoir profane » qui se construit sur Internet », La Croix explique que « les forums sur la maladie de Lyme sont des lieux d’entraide entre pairs, qui donnent une large place aux récits personnels ». Patrick Perreti-Watel, sociologue, directeur de recherche à l’Inserm, souligne : « Ce qui est intéressant, c’est de voir aujourd’hui la part prise sur Internet par les récits d’expériences personnelles de malades qui revendiquent une légitimité à établir un diagnostic en se fondant sur cette expérience propre. Et ces récits personnels trouvent sur le Net une audience bien plus importante que n’importe quel discours scientifique officiel ».

La Croix, 05/02

L’Expédition 5300, sous la direction du chercheur Inserm Samuel Vergès, issu du laboratoire Hypoxie Physiopathologies de Grenoble, a décollé pour Lima (Pérou), le 28 janvier, pour 6 semaines. Il s’agit d’une étude scientifique sans précédent dans la ville la plus haute du monde, la Rinconada, située à 5 300 mètres d’altitude au Pérou. A cette occasion, Sciences et Avenir se fait le relai de leur périple, à raison de deux articles par semaine rédigés par les équipes scientifiques, à chaque fois sur une thématique différente. Pour ce premier opus, Sciences et Avenir rend compte de la préparation logistique et physique nécessaires à une expédition en terrain difficile.

Sciencesetavenir.fr, 04/02

L’AFP rapporte que, selon des chercheurs américains, une forte augmentation du taux de cancers liés à l’obésité chez les jeunes adultes aux Etats-Unis pourrait enrayer la baisse actuelle de la mortalité globale due à cette maladie et la faire repartir à la hausse. Dans une étude couvrant les deux tiers de la population américaine, les auteurs montrent que la moitié des douze cancers connus pour être associés à l’obésité sont devenus plus fréquents entre 1995 et 2015 chez les femmes et les hommes de moins de 50 ans. Plus la tranche d’âge est jeune, plus ces cancers gagnent rapidement du terrain, indiquent-ils dans The Lancet.

AFP, 04/02

Des bactéries présentes dans notre intestin pourraient avoir un impact sur notre équilibre mental, et notamment sur la probabilité de souffrir de dépression, révèle une étude de grande ampleur publiée dans la revue Nature Microbiology. Une équipe de chercheurs belges a analysé les échantillons de selles de plus de 1 000 personnes volontaires et a observé que deux familles de bactéries étaient systématiquement moins nombreuses chez les personnes dépressives, y compris celles sous traitement par antidépresseurs.

20 Minutes, 05/02

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube