Synthèse de presse

13 novembre 2019

12h37 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Une piste de prévention de la sarcopénie

Des chercheurs du Centre de recherche en myologie (Sorbonne Université/Inserm) et de l’Institut de myologie, dont les travaux sont publiés dans Science Translational Medicine, ont identifié, chez la souris, une protéine normalement exprimée dans le muscle (CaV&E), qui favorise l’activation d’un processus de prévention de la sarcopénie (par un facteur nommé GDF5), rend compte Le Monde. Ainsi, la masse et la force musculaires des souris âgées sont préservées. Cette même protéine CaV&E est retrouvée chez l’homme, chez qui une baisse de son expression est corrélée à la perte de masse musculaire des sujets âgés. Les chercheurs tentent de développer des traitements préventifs.

Le Monde, 13/11

Lire le communiqué de presse du 6/11/2019: “Une piste prometteuse pour la prévention de la sarcopénie et le traitement des maladies neuromusculaires.

Vers un traitement qui change la donne contre la mucoviscidose

Dans son édition Science et Médecine, Le Monde rapporte qu’une combinaison de trois molécules, qui vient d’être autorisée aux Etats-Unis, pourrait bouleverser le pronostic de la mucoviscidose. Deux essais cliniques publiés simultanément, le 31 octobre, dans The New England Journal of Medicine et The Lancet rapportent l’efficacité supérieure de cette combinaison de trois molécules pour traiter la mucoviscidose. Elle s’adresserait à la forme la plus fréquente de cette maladie génétique. Les deux essais cliniques de phase 3 ont été mis en chantier avec des fonds du fabricant des médicaments, le laboratoire Vertex, et des NIH. Ils ont évalué l’efficacité de la combinaison ajoutant l’elexacaftor, un correcteur de CFTR de nouvelle génération, à la classique association d’un potentiateur, l’ivacaftor, et d’un correcteur, le tezacaftor. Conduit dans 13 pays, l’essai Aurora F/MF a inclus 403 malades âgés d’au moins 12 ans présentant la mutation Phe508del, ainsi qu’une autre mutation mineure. Paru dans The Lancet, l’essai Aurora F/F a rassemblé, dans 4 pays, 107 malades avec une forme homozygote de Phe508del. Ils recevaient pendant quatre semaines la trithérapie pour 55 d’entre eux, et l’association ivacaftor-tezacaftor pour les 52 restants. « Les résultats sont clairement significatifs (…) », commente le Pr Férec (chef de service de génétique médicale et de biologie de la reproduction, CHRU Brest, Inserm UMR1078).

Le Monde, édition Science et Médecine, 13/11

En Bref

Tandis que la Journée mondiale de sensibilisation au diabète a lieu demain, France Inter rend compte d’une étude française menée sur dix ans auprès de malades qui souffrent de diabète sévère qui montre que les greffes ont de bons résultats. Dans cette étude, qui a suivi 28 patients greffés, dix ans plus tard, pour la plupart, les îlots greffés fonctionnent bien et les patients n’ont presque plus besoin de piqûres. Le Pr François Pattou, chirurgien chercheur à l’Inserm sur le diabète, a été interviewé.

France Inter, LCI, 13/11

Retrouvez le dossier de presse sur la salle de presse de l’Inserm

Présentée au congrès annuel de l’American College of Allergy, Asthma and Immunology (ACAAI) de Houston (Etats-Unis), une nouvelle étude suggère qu’il y aurait un lien entre la survenue de cancers au sein d’une famille et de l’asthme chez l’enfant. On retrouverait ainsi plus souvent un asthme chez un enfant qui présente des antécédents familiaux de cancer. « Nous avons utilisé les données de l’Enquête nationale sur les entretiens de santé de 2012-2016 pour suivre les informations sur les enfants asthmatiques diagnostiqués » durant cette période, a déclaré Sairaman Nagarajan, chercheur en allergie et immunologie, et auteur principal de l’étude. « Sur plus de 57 000 enfants dont nous avons examiné les informations, plus de 20 % des personnes ayant des antécédents familiaux de cancer avaient reçu un diagnostic d’asthme », a indiqué le scientifique.

Santemagazine.fr, 12/11

Des chercheurs israéliens de l’Institut Weizmann des sciences (Rehovot) rapportent, dans une étude publiée dans la revue Neuron, le cas de deux femmes, toutes deux gauchères, possédant un odorat normal alors qu’elles sont apparemment dépourvues de bulbe olfactif, structure située à la base du cerveau, indique Le Monde. Le quotidien souligne : « Il s’agit là d’observations cliniques déconcertantes dans la mesure où le bulbe olfactif constitue le premier relais de l’information sensorielle provenant des cavités nasales avant que celle-ci ne parvienne au cerveau. Le bulbe olfactif renferme des glomérules à partir desquels des fibres nerveuses acheminent l’information olfactive au niveau cérébral ».

Le Monde, édition Science et Médecine, 13/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube