Synthèse de presse

17 avril 2019

11h17 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

 

Réduction pas assez importante du « mauvais cholestérol » chez la moitié des patients sous statine

La moitié des patients auxquels on a prescrit des statines à titre préventif pour faire baisser leur « mauvais » cholestérol sanguin n’atteignent pas le niveau « sain » souhaité deux ans après leur mise sous traitement, révèle une étude. Selon ces travaux, parus dans la revue de cardiologie Heart, 84 609 patients (soit 51,2 %), âgés en moyenne de 62 ans, n’ont pas atteint l’objectif recommandé de réduction de 40 % après avoir débuté ce traitement anti-cholestérol deux ans auparavant. 48,6 % de ces patients sans antécédents d’accidents cardiovasculaires étaient des femmes. Tous avaient commencé leur traitement entre 1990 et 2016. Les patients qui n’ont pas réussi à atteindre l’objectif d’une réduction de 40 % au bout de deux ans auraient 22 % plus de risque de développer une maladie cardiovasculaire que ceux qui l’avaient atteint, estime l’équipe du Dr Stephen Weng (Université de Nottingham).

AFP, 16/04

ChroMS, nouvelle approche pour voir les neurones en 3D

Des chercheurs de l’Ecole polytechnique, de Sorbonne Université, de l’Inserm et du CNRS regroupés au sein du Laboratoire d’optique et biosciences et de l’Institut de la Vision, décrivent, dans Nature Communications, une nouvelle approche, baptisée microscopie sérielle multiphoton chromatique (ChroMS), qui combine plusieurs outils pour fournir des données de haute résolution sur un volume cérébral de plusieurs millimètres cubes, où les neurones (cicontre de souris) se distinguent par une grande variété de teintes. Celles-ci sont obtenues par l’expression de marqueurs fluorescents par des approches transgéniques développées à l’Institut de la vision (Paris), explique Le Monde. L’étendue de la palette est captée par le microscope grâce à une stimulation dite « par mélange d’ondes », une technique mise au point à l’Ecole polytechnique. Les images du tissu sont prises séquentiellement, par tranches d’une centaine de micromètres d’épaisseur. Un traitement informatique permet ensuite de reconstituer le volume cérébral et de s’y déplacer virtuellement.

Le Monde, édition Science et Médecine, 17/04

Lire notre communiqué de presse du 10/04/2019 : “ChroMS, le cerveau comme il n’avait jamais été vu

En Bref

Dans son édition Science et Médecine, Le Monde se penche sur l’alcool et les jeunes. « Au total, 60 maladies sont liées à la consommation d’alcool, mais on ne sait pas ce qu’il en est concernant spécifiquement les jeunes. Ce toxique est en tout cas la première cause de mortalité chez les 15-49 ans », affirme le Pr Mickaël Naassila, directeur du groupe de recherche sur l’alcool et les pharmacodépendances (Inserm, Amiens). Pour ce spécialiste, « l’un des freins majeurs pour la recherche, l’épidémiologie et même le diagnostic est l’absence de définition consensuelle du binge drinking. De plus, il ne s’agit pas seulement d’une question de quantité d’alcool bue dans un temps donné, il faudrait prendre en compte d’autres facteurs de susceptibilité : génétiques, psychologiques… ».

Le Monde, édition Science et Médecine, 17/04

Science et Vie présente le pansement connecté qui lance la médecine sur smartphone. Capable de détecter tout seul une infection et de commencer à traiter une plaie, ce dispositif de soin muni d’une puce électronique devrait être lancé avant la fin de l’année 2019, explique le mensuel. Il vise à accompagner le développement de la télémédecine. Ce pansement « peut se garder un mois. Sachant que pour une plaie chirurgicale, par exemple, le pic d’infection survient au bout de 2 à 3 semaines », précise Romain Spinali, chez Spinali Design, qui développe ce produit inspiré de travaux menés à l’Inserm.

Science et Vie, 01/05

La startup bordelaise Treefrog Therapeutics (Thérapies de la rainette) vient de livrer son premier lot de 143 millions de cellules souches pluripotentes induites (CSPI) à l’institut des maladies génétiques Imagine. Cet institut hospitalo-universitaire (IHU) parisien centré sur les maladies génétiques regroupe 25 laboratoires de recherche. Grâce à sa technologie innovante C-Stem, couverte par sept brevets, et dont elle a l’usage exclusif, la jeune pousse bordelaise est capable de fabriquer des capsules de 200 micromètres de diamètres dans lesquelles les CSPI bénéficient d’un environnement optimal pour leur développement, puisqu’il recrée en miniature l’organe qu’elles vont devoir fabriquer (poumon, coeur, etc.), souligne La Tribune.

La Tribune, 17/04

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube