Synthèse de presse

20 février 2019

11h44 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

 

Progression de l’étude génétique des cancers

Un rapport de l’Institut national du cancer (Inca) publié en février met en avant la progression de l’étude génétique des cancers, avec +8% du nombre des consultations d’oncogénétique. Le Figaro constate toutefois que le dispositif mis en place depuis près de 15 ans apparaît « fragile », face à l’explosion de demandes de résultats rapides au vu des résultats cliniques obtenus par les nouveaux médicaments. De près de 13 000 consultations en 2003, on est passé en 2017 à un total de 77 478 consultations, dont près de 55 000 dédiées aux cancers du sein et de l’ovaire. L’Inca mentionne que les délais médians sont passés de 36 à 22 semaines entre 2012 et 2017, mais actuellement il n’est plus question d’attendre 5 ou 6 mois avant de démarrer un traitement. La question est désormais de savoir si les moyens seront mise en place pour y parvenir.

Le Figaro, 20/02

Une consultation longue pour mieux dépister l’autisme

Depuis le 11 février, une consultation longue visant à dépister l’autisme à un âge précoce est mise en place. Elle s’appuiera sur des questionnaires adaptés validés par la communauté scientifique internationale. L’AFP rappelle que les diagnostics précoces entre 0 et 5 ans représentent seulement 34,5% du total des diagnostics, alors que la Haute Autorité de santé recommande une intervention avant 4 ans afin « de favoriser [le] développement [des enfants] et leurs apprentissages et de réduire les sur-handicaps ». Le tarif de référence pour cette consultation longue est fixé à 60 euros, remboursés à hauteur de 70% par l’Assurance Maladie et 30% par les complémentaires santé. Comme pour toute consultation, les éventuels dépassements d’honoraires ne sont pas pris en compte. 

AFP, 19/02

En Bref

Selon l’Inserm, le nombre de Français atteints d’allergies alimentaires a doublé en vingt ans. Fort de ce constat, Atlantico.fr, avec l’aide du médecin Stéphane Gayet, cherche à expliquer ce phénomène. Le médecin souligne la complexité de réglementer l’étiquetage de nouveaux allergènes sur les denrées alimentaires, en raison des « modes actuels de préparation industrielle des aliments ». « D’énormes progrès » ont néanmoins « été faits dans l’identification des allergènes alimentaires et leur caractérisation ».

Atlantico.fr, 19/02

Grâce à la microscopie à feuillet de lumière et à la microscopie à rayons X, une équipe de chercheurs a dévoilé et caractérisé un réseau de centaines de microcapillaires sanguins dans la section perpendiculaire des os longs chez la souris. « Cette technique d’imagerie donne accès à un réseau de vaisseaux de 10 à 20 micromètres de diamètre, impossibles à voir en histologie classique », indique Frédéric Blanchard, chercheur Inserm à l’université de Nantes, à Pourlascience.fr. Il souligne les pistes thérapeutiques offertes par ce travail. « Dans les cancers, l’os est souvent touché par les métastases », explique-t-il, se demandant si ce réseau de capillaires pourrait être un point d’entrée pour des cellules cancéreuses.

Pourlascience.fr, 19/02

Une application smartphone gratuite, Effic’Asthme, a été mise au point afin d’aider les parents à mieux gérer les crises d’asthme de leur enfant. Ils peuvent notamment apprendre à reconnaître les symptômes, donner le bon traitement ou encore bien utiliser un nébulisateur. Topsante.com, qui présente le dispositif, rappelle que selon l’Inserm, les crises d’asthme se manifestent par différents symptômes : une respiration sifflante, un rétrécissement des bronches, une hypersécrétion de mucus, une toux et des difficultés à respirer.

Topsante.com, 19/02

La consommation de cannabis au moins une fois par semaine au cours de l’adolescence, engendrerait la dépression chez le jeune adulte. C’est ce qui ressort du travail de recherche réalisé par la psychiatre Gabriella Gobbi, chercheuse au sein de l’institut de recherche du centre universitaire de santé McGill à Montréal. Ces travaux ont été publiés le 13 février dans le JAMA Psychiatry. Ils ont été menés aux côtés de chercheurs américains et anglais. Le Monde mentionne que depuis quatre mois, la consommation de cannabis récréatif est légale au Canada.

Le Monde, 20/02

Le Monde souligne que le docteur Labrosse de l’université de Bordeaux a développé un « escape game » permettant de repérer les signes de la dépression chez les étudiants. Selon l’étude « Repères sur la santé des étudiants », publiée par l’Observatoire national de la vie étudiante, « près de 20% » des étudiants ont présenté « des signes de détresse psychologique dans les quatre semaines qui précèdent l’enquête ».

Le Monde, 20/02

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube