Synthèse de presse

21 mars 2018

11h48 | Par INSERM (Salle de presse)

Découverte d’un nouveau marqueur des réactions allergiques

L’édition Science et Médecine du Monde et Santemagazine.fr indiquent que l’équipe de l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale (CNRS-université de Toulouse-III-Paul-Sabatier) vient d’identifier un marqueur capable de détecter quatorze allergènes, parmi lesquels certains présents dans l’air ambiant (pollens, acariens, spores de champignon) et d’autres impliqués dans l’asthme professionnel. Il s’agit de l’interleukine-33 (IL-33), une protéine humaine découverte en 2003 par cette même équipe dirigée par Jean-Philippe Girard, chercheur Inserm. Désormais, l’objectif de ces scientifiques est d’arriver à bloquer l’hyperactivité de l’IL-33 de façon à empêcher la survenue d’une crise sévère d’asthme.

Santemagazine.fr, 20/03, Le Monde, édition Science et Médecine, 21/03
Lire le communiqué de presse « Comment les allergènes déclenchent des crises d’asthme » en ligne sur la salle de presse de l’Inserm

En Bref

Le Figaro rend compte des projections pour 2018 publiées dans les Annals of Oncology à partir des données de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui révèlent une baisse de la mortalité des cancers les plus fréquents dans la majorité des pays d’Europe. Le groupe d’experts de la Société européenne d’oncologie médicale (ESMO), dirigé par Carlo La Vecchia de l’université de Milan, constate des progrès entre 2012 et 2018 pour l’un des plus meurtriers, le cancer colorectal, grâce au dépistage et à sa prise en charge. Anne-Marie Bouvier, chercheuse Inserm responsable du registre bourguignon des cancers digestifs, explique au quotidien : « En France, les données des registres font état d’une baisse de l’incidence [nouveaux cas] en gros depuis les années 2000-2005 ». Elle ajoute : « Les tendances pour la mortalité suivent la même tendance à la baisse au cours de cette période. Comme le reste de l’Europe la dynamique en France est similaire pour les deux sexes, un peu supérieure chez les hommes, du fait d’une surincidence ».

Le Figaro, 21/03 

 

Hubert Vidal, directeur de recherche Inserm à Lyon, explique au Quotidien du Médecin que dans le diabète de type 2, le microbiote ouvre la voie à plusieurs pistes de traitements avec des essais précliniques et cliniques en cours. Il souligne : « La metformine qui est utilisée en première intention dans le traitement du diabète de type 2 fait intervenir des modifications de microbiote (…) ». Par ailleurs, plusieurs souches bactériennes, ayant la capacité d’améliorer le métabolisme du glucose et la sensibilité à l’insuline, sont identifiées et sont à l’étude. Dans un autre article du Quotidien, Bruno Vergès, du CHU de Dijon, souligne : « Nous avons un gros centre de recherche Inserm à Dijon qui travaille sur les lipides (et le cancer), je dirige l’une de ses équipes, axée sur la recherche sur la physiopathologie des dyslipidémies humaines dans le diabète et dans l’obésité ».

Le Quotidien du Médecin, 19/03 

 

Une expérience allemande, dont les travaux sont publiés dans les Proceedings de l’Académie des sciences américaines (PNAS), montre comment l’évaluation de la distance entre deux sources sonores dépend des mouvements du corps humain, et plus particulièrement de la tête.

Le Monde, édition Science et Médecine, 21/03

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube