Synthèse de presse

22 janvier 2020

12h41 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Découverte d’un nouveau composant du sang

Une équipe de biologistes menés par Alain Thierry (Inserm-Université de Montpellier) a découvert un nouveau composant du sang, rend compte La-croix.com. Les travaux de chercheurs de l’Inserm, de l’Université de Montpellier et de l’Institut du Cancer de Montpellier au sein de l’Institut de recherche en cancérologie de Montpellier ont pour la première fois mis en évidence la présence dans la circulation sanguine de mitochondries complètes et fonctionnelles. « (…) Ces ‘micro-organes’ responsables de la respiration des cellules n’étaient jusqu’à présent retrouvés hors de ces dernières que dans des cas très particuliers », explique Alain Thierry. Les mitochondries constituent véritablement les « batteries des cellules » et jouent un rôle majeur dans le métabolisme énergétique et la communication intercellulaire. « On pense que la structure de l’ADN mitochondrial, similaire à celle de l’ADN bactérien (donc d’un organisme étranger) lui confère la capacité d’induire des réponses immunitaires et inflammatoires », indique Alain Thierry. Ces mitochondries circulantes pourraient ainsi être impliquées dans de nombreux processus physiologiques et pathologiques nécessitant une communication entre cellules, comme les mécanismes d’inflammation.

La-croix.com, Santemagazine.fr, 21/01

Lire le communiqué de presse du 20/01/2020: ” Un nouveau composant du sang révélé

En Bref

Libération publie le témoignage de Dane Cuypers, résistante aux antibiotiques, qui s’est rendue l’été dernier en Géorgie pour soigner son infection pulmonaire à l’aide d’un « phage » mangeur de bactérie. Elle raconte au quotidien cette aventure thérapeutique coûteuse mais efficace. Le journal rappelle que, le 10 janvier, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a donné le coup d’envoi d’un « programme prioritaire de recherche doté de 40 millions d’euros dédié à la lutte contre la résistance aux antibiotiques », coordonné par l’Inserm pour le compte de l’ensemble de la communauté scientifique nationale.

Libération, 22/01

Dans son édition Science et Médecine, Le Monde se penche sur la start-up, Smart Immune, née en 2017 à l’Institut Imagine de l’hôpital Necker-Enfants malades (AP-HP) à Paris, pour accélérer la reconstitution du système immunitaire après une greffe chez des patients ciblés. « Après la greffe, la reconstitution des lymphocytes T peut prendre 18 mois chez l’adulte, 6 à 12 mois chez les bébés », souligne Marina Cavazzana, chef du département biothérapie de Necker et qui est l’une des trois cofondatrices de Smart Immune, dont elle assure la direction médicale. La start-up entend raccourcir cette période à haut risque. C’est là qu’entre en scène Isabelle André, qui dirige un laboratoire Inserm consacré à la différenciation des cellules T à l’Institut Imagine, souligne le journal. Isabelle André a inventé la technologie développée par Smart Immune, qui a déposé plusieurs brevets sur le procédé.

Le Monde, édition Science et Médecine, 22/01

Sciences et Avenir présente quatre pistes de recherche pour réparer le disque intervertébral. Des recherches sur la régénération du disque sont en cours sur l’animal à Nantes, dans l’unité Inserm U1229-RMeS (Médecine régénératrice et squelette) dirigée par le Pr Jérôme Guicheux. L’équipe a montré qu’un implant tissé en polycaprolactone pouvait interagir avec les cellules du disque, du moins chez le mouton. D’où l’espoir de régénérer la partie périphérique usée ou abîmée du disque et son noyau pulpeux, qui est expulsé en cas de hernie, irritant les nerfs périphériques et provoquant la douleur.

Sciences et Avenir, 01/02

Les enfants ayant un grand frère parlent moins bien, selon une équipe de chercheurs (CNRS, AP-HP, EHESS, ENS et Inserm), qui a suivi 1000 enfants de leur naissance à leurs 5 ans et demi, rapporte la revue Psychologies.

Psychologies, 01/02

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube