Synthèse de presse

28 novembre 2018

12h19 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser.
Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Les bénéfices de l’exercice physique après 75 ans

Une recherche coordonnée par des scientifiques de Navarrabiomed, le centre de recherche biomédicale de l’université de Navarre, qui vient d’être publiée dans JAMA Internal Medicine, a montré qu’une activité physique adaptée pour des personnes de plus de 75 ans hospitalisées réduit le déclin cognitif et fonctionnel, les complications, et joue sur la qualité de vie. Les activités proposées étaient des séances d’exercices de vingt minutes, pour les jambes et les bras, deux fois par jour et pendant cinq à sept jours consécutifs. « Cette étude est intéressante, souligne le professeur en médecine physique et de réadaptation à Poitiers Gilles Kemoun, car il en existe peu qui se soient focalisées sur des programmes d’exercices en soins aigus. » Le Monde rappelle que plusieurs méta-analyses ont mis en évidence que des programmes d’exercices physiques centrés sur l’entraînement de l’équilibre et le renforcement musculaire peuvent réduire significativement le taux de chutes chez les personnes âgées vivant chez elles les plus à risque, écrivait la chercheuse épidémiologiste Patricia Dargent­Molina (Inserm – université Paris Descartes) dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de mars 2017. Elle a coordonné, avec le groupe associatif Siel Bleu, une étude d’évaluation d’un programme axé sur le travail de l’équilibre nommé « Ossébo », chez 706 femmes de plus de 80 ans en moyenne, vivant chez elles, qui ont été suivies pendant deux ans.

Le Monde, édition Science et Médecine, 28/11

Lutte contre le sida : les préservatifs sur ordonnance

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn a annoncé hier sur France Inter qu’« à compter du 10 décembre », les Français pourront se faire délivrer des « boîtes de 6, 12 ou 24 préservatifs (…) en officine (…) sur présentation d’une prescription d’un médecin ou d’une sage-femme ». Cette initiative vise à « diversifier la prévention des IST [infections sexuellement transmissibles] et du VIH » pour toucher le plus possible de personnes, a souligné le ministère, en amont de la Journée mondiale de lutte contre le sida, samedi. « Tout ce qui favorise l’accès aux outils de prévention quels qu’ils soient ne peut être qu’une bonne nouvelle (…) Il ne doit pas y avoir d’obstacle financier, quel que soit le moyen choisi », a salué Florence Thune, directrice générale du Sidaction, interrogée par l’AFP. Le gouvernement vise d’ici 2030 « zéro nouvelle infection » par le VIH et l’élimination des IST « en tant que problèmes majeurs de santé publique ». Le remboursement ne concerne pour le moment qu’une marque : les préservatifs masculins Eden, fabriqués par Majorelle, premier laboratoire à faire une telle démarche en France.

AFP, Europe1.fr, 27/11, Libération, 28/11

En Bref

Proposée à la Cité des sciences au parc de la Villette jusqu’au 5 janvier, en collaboration avec l’Inserm et l’Insep, une exposition tout public se penche sur le corps et le sport. Des ateliers sportifs sous forme de vidéos interactives permettent de tester sa réactivité, son endurance, son équilibre, sa coordination, et d’en comprendre les mécanismes. Des espaces de jeu proposent de s’entraîner au football, à l’escalade ou au tennis.

Télérama, 28/11

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida, le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire revient notamment sur le cas des plus de 50 ans. Les seniors sont souvent diagnostiqués tardivement car ils ne se sentent pas concernés. Le nombre annuel de découvertes dans cette population n’a cessé d’augmenter entre 2008 et 2016, passant de 1 041 en 2008 à 1 268 en 2014, soit 22% d’augmentation, puis s’est stabilisé. En 2016, ils étaient 1 184, soit encore 20% de l’ensemble des 6 000 découvertes de séropositivité en France.

Destinationsante.com, Lexpress.fr, 27/11

Dans un entretien accordé au Monde, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, constate une sous-déclaration des effets indésirables des dispositifs médicaux, mais assure travailler avec les médecins et les professionnels pour que ces signalements soient plus systématiques et automatisés. Elle souligne : « Depuis des années, les implants médicaux, c’est l’angoisse des ministres de la santé ». Le journal souligne que des implants mammaires texturés sont soupçonnés d’être à l’origine d’un cancer rare. Le 21 novembre, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a publié un message de prudence, conseillant aux chirurgiens « d’utiliser de préférence des implants mammaires à enveloppe lisse », en attendant de prendre une décision finale début 2019.

Le Monde, 28/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube