Synthèse de presse

30 mai 2018

11h22 | Par INSERM (Salle de presse)

Paludisme : le Lariam prescrit en dernière intention

L’Agence nationale du médicament publie un bulletin d’informations rappelant que l’antipaludique Lariam doit être si possible évité ou prescrit en dernier recours, compte tenu de ses effets indésirables psychiatriques importants. Outre l’utilisation de produits répulsifs anti-moustiques et de vêtements couvrants pour limiter le risque de piqûres, la prophylaxie médicamenteuse est le second volet important de la prévention. « Elle consiste à prendre des médicaments antipaludiques, dont la quinine et la chloroquine sont les plus anciennement connus », précise l’Inserm sur le sujet. L’ANSM estime que « des alternatives [au Lariam] mieux tolérées sont à privilégier » car les effets secondaires sont nombreux, indique l’Agence à l’occasion d’un point d’informations publié fin mai, et peuvent avoir des conséquences graves chez certaines personnes : changements d’humeur, cauchemars, insomnies, anxiété, dépression, voire une agitation ou une confusion mentale. « Ces effets peuvent survenir jusqu’à plusieurs mois après l’arrêt du traitement », ajoute l’ANSM.

Santemagazine.fr, 29/05

Refus de l’Assemblée nationale de rendre obligatoire Nutri-Score

Francesoir.fr rappelle que l’Assemblée nationale a refusé dimanche de rendre obligatoire l’étiquetage Nutri-Score sur les produits alimentaires. Pour le Pr Serge Hercberg, « on peut légitimement s’interroger sur les lobbys très puissants qui se sont exprimés contre le Nutri-Score ». L’épidémiologiste, qui défend la mise en place de ce dispositif, explique à France Soir que le Nutri-Score « traduit ce qui est écrit sur l’étiquette, de façon illisible et incompréhensible, sous une forme compréhensible pour tous ». Il souligne que de très nombreux travaux scientifiques publiés au niveau international confirment que « ce système est très efficace et surtout supérieur à tous les autres en termes de compréhension, perception, utilisation et impact sur la consommation des aliments achetés ».

Francesoir.fr, 29/05

En Bref

Discutée hier à l’Assemblée nationale, une proposition de loi LREM soutenue par le gouvernement vise à mieux encadrer l’usage des téléphones portables à l’école et au collège, rapporte La Croix. Le quotidien ajoute que « pour certains chercheurs, les portables ont un effet néfaste sur les apprentissages des élèves, leurs capacités de mémorisation et de compréhension ». Dans une tribune en 2013, Jean-Philippe Lachaux, directeur de recherche à l’Inserm, à Lyon, expliquait que, soumis à la multiplicité des sollicitations qui n’ont rien à voir avec la tâche en cours, le cerveau risque même la « surchauffe ».

La Croix, 30/05

Le CHU de Tours recherche des volontaires supplémentaires pour compléter les tests d’un nouveau traitement contre l’alcoolisme. Il s’agit de la technique de « stimulation transcranienne à courant continu ». Selon les premiers résultats d’une étude présentée dans le cadre de la 3e journée nationale de prévention des conduites addictives au travail, ce sont désormais les cadres qui présentent le plus haut pourcentage de consommation à risque d’alcool (11,7%) chez les femmes, bien devant les ouvrières et artisans (8,6%), rappelle Pourquoidocteur.fr. « Contrairement aux idées reçues, tout le monde est touché, et pas seulement les ouvriers dans l’industrie, pour le dire de manière triviale », a indiqué Guillaume Airagnes, psychiatre addictologue à l’hôpital Georges-Pompidou à Paris et doctorant à l’Inserm.

Pourquoidocteur.fr, 30/05

Une étude menée par l’Institut écocitoyen pour la connaissance des pollutions révèle une « surimprégnation » des habitants de Fos-sur-Mer à trois polluants d’origine industrielle – deux furanes heptachlorés (famille des dioxynes) et du plomb – « qui s’explique par le seul fait de résider à Fos-sur-Mer », indique Sylvaine Goix, chercheuse qui a piloté l’étude. Les résultats montrent également chez les habitants de Fos-sur-Mer une surexposition aux polluants « par l’utilisation d’un environnement lui-même contaminé », reprend la scientifique. « Certaines teneurs restent en dessous des seuils, mais l’étude démontre bien l’exposition à un cumul de polluants », poursuit-elle. Cela soulève, estime-t-elle, la question de « l’effet cocktail », cette possible interaction entre polluants présents même à faible dose.

La Croix, 30/05

La sclérose en plaques, maladie à laquelle une journée mondiale est consacrée ce mercredi, touche surtout les femmes et cette tendance ne fait que s’accentuer, pour des raisons encore inconnues mais qui pourraient être liées aux modes de vie, indique l’AFP. « Aujourd’hui on compte trois femmes atteintes pour un homme, contre deux femmes pour un homme dans les années 50/60. C’est une vraie révolution épidémiologique », explique à l’AFP le neurologue Thibault Moreau, de la fondation française Arsep (Aide à la recherche sur la sclérose en plaques).

AFP, 29/05

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube