Synthèse de presse

04 juillet 2018

11h06 | Par INSERM (Salle de presse)

Un appartement connecté pour étudier des volontaires étudiants

Dans son édition Science et Médecine, Le Monde indique qu’« à la rentrée, douze laboratoires du CNRS et de l’université de Montpellier vont étudier les comportements d’étudiants volontaires dans un logement bourré de capteurs ». L’objectif est d’analyser les usages des produits connectés, et les questions éthiques qu’ils soulèvent. Les chercheurs du CNRS de Montpellier ont inauguré le 26 juin le dispositif HUman home projecT (HUT), un observatoire du logement connecté pour évaluer au jour le jour les comportements d’étudiants cobayes et leurs usages de la connexion, en partenariat avec des entreprises et la métropole de Montpellier. Deux étudiants volontaires s’installeront dans ce F5 gratuitement dans le cadre de cette expérience. Parmi les douze laboratoires impliqués, figurent des ingénieurs en électronique et des architectes, des spécialistes du mouvement, mais aussi des juristes, des linguistes et des psychologues.

Le Monde, édition Science et Médecine, 04/07

Fonds d’indemnisation pour les victimes de pesticides

Réclamé depuis longtemps par les associations, le fonds d’indemnisation des victimes des « produits phytopharmaceutiques » a finalement été créé par le Sénat, rapporte Francetvinfo.fr. Celui-ci sera directement financé par les fabricants. Ce fonds devrait permettre de prendre en charge les préjudices physiques et moraux des personnes ayant été intoxiquées aux pesticides sur leur lieu de travail – en grande partie des agriculteurs. Les sénateurs ont toutefois supprimé l’article qui envisageait de proscrire la vente en libre-service et la publicité de certaines catégories de pesticides, comme le demandaient les associations. Le site rappelle qu’en 2012, l’Inserm a publié une méta-analyse évoquant un lien entre pesticides et maladies professionnelles. L’Inserm indiquait en outre que « les expositions aux pesticides intervenant au cours de la période prénatale et périnatale ainsi que la petite enfance semblent être particulièrement à risque pour le développement de l’enfant ».

Francetvinfo.fr, 03/07

En Bref

Destinationsante.com indique que Sanofi Genzyme s’engage en France dans une démarche collective rassemblant 23 acteurs français pour trouver des solutions innovantes en lien avec les nouvelles technologies numériques pour lutter contre les maladies rares. Des associations de malades, l’Institut national de recherche dédié au numérique, des médecins experts en maladies rares, des start-up partageront leurs expertises, souligne le site. Pour le Pr Eric Hachulla, coordonnateur du centre de référence des maladies rares de Lille, « (…) l’idée de Sanofi Genzyme de proposer une sorte de guichet unique numérique rassemblant toutes les données connues sur les maladies rares, tous les centres de référence, tous les outils d’aide au diagnostic, aidera incontestablement ».

Destinationsante.com, 03/07

Les spécialistes s’opposent sur de nombreux points de la maladie de Lyme. La Haute Autorité de santé (HAS) a rendu publiques ses recommandations sur cette affection et sur les autres maladies vectorielles à tiques (MVT), élaborées avec de nombreux acteurs de diverses spécialités et des associations de patients. Or, la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), qui a participé aux recherches, n’a pas encore arrêté sa position et se réserve le droit de signer le texte, qui pourrait constituer le nouveau Programme national de diagnostic et de soins (PNDS). Selon Santé publique France, le réseau Sentinelles a recensé 84 nouveaux cas pour 100 000 habitants en 2016, contre 55 nouveaux cas pour 100 000 habitants estimés en 2009. La biotech franco-autrichienne Valneva planche sur un vaccin pour l’homme et attend le feu vert de la FDA américaine pour lancer l’étude de phase 2 de VLA15.

Le Monde, édition Science et Médecine, 04/07

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube