Synthèse de presse

14 septembre 2018

11h51 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Tests génétiques

Un sondage Viavoice réalisé pour l’Observatoire cancer de l’Institut Curie montre que 81% des Français sont prêts à faire un test génétique pour évaluer le risque d’apparition d’une maladie, indiquent Le Parisien et Le Figaro. Tandis que de plus en plus de patients viennent voir ses collègues avec des tests génétiques reçus des Etats-Unis, Ségolène Aymé, médecin généticienne, directrice de recherche émérite à l’Inserm, appelle dans Le Parisien à la raison sur le « tout-prédictif » : « On sait mal interpréter ces informations et, pour beaucoup, nous n’avons rien à offrir en termes d’action pour faire changer les choses ». Elle explique en revanche que les tests génétiques ont un réel intérêt « pour ceux dont les suspicions sont fortes ». Elle souligne : « Avoir 70% de risque de souffrir d’un cancer, ce n’est pas avoir 100% et on ne sait pas si la maladie viendra à 25, 45, 75 ans… ce qui est très différent. Il y a un tas d’inconvénients à trop savoir ».

Le Parisien, Le Figaro, 14/09

Augmentation des cancers dans le monde

Un homme sur cinq et une femme sur six dans le monde développeront un cancer au cours de leur vie, révèlent les estimations publiées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence travaillant pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Et, selon ces estimations, un homme sur huit et une femme sur onze en mourront. Partant de Globocan, la base de données accessible au public, les chercheurs du CIRC et de l’American Cancer Society ont analysé les chiffres pour 35 types de cancers provenant de 185 pays. Les estimations avancées pour 2018 – ce que les spécialistes appellent la « charge mondiale du cancer » – sont de 18,1 millions de nouveaux cas découverts et 9,6 millions de décès dus à cette maladie. Le CIRC évoque une « augmentation rapide » de cette charge, mais les comparaisons avec la précédente étude alimentée par les données de Globocan, réalisée en 2012, sont rendues très difficiles par un changement de méthodologie.

Le Monde, 14/09

En Bref

La Croix rend compte de la suspension hier par les autorités sanitaires de l’utilisation des machines de collecte de plasma fabriquées par l’américain Haemonetics. Cette mesure concerne environ 300 machines, soit la moitié du parc existant en France. L’Etablissement français du sang (EFS) a reçu ces derniers mois « plusieurs signalements portant sur ces dispositifs de prélèvements sanguins », a indiqué le Dr Sylvie Gross, directrice médicale de l’EFS. Cette suspension est « une mesure de précaution, dans l’attente des expertises », souligne Sylvie Gross

La Croix, 14/09

Francis Vergunst, de l’Université de Montréal, Helen Louise Berry, de l’University of Sydney, et Massimiliano Orri, de McGill University, expliquent dans La Tribune que « de nouveaux travaux de recherche menés par une équipe internationale suggèrent que l’un des impacts les plus tangibles [du réchauffement climatique] pourrait être une augmentation des taux de suicide ». A partir des relevés de températures des Etats-Unis et du Mexique, les scientifiques ont montré que, lorsque les températures mensuelles moyennes s’élèvent de 1° C, le taux de suicide augmente respectivement de 0,7% et 2,1% dans chacun de ces deux pays. Ils ont calculé que si les températures globales continuent à s’élever à ce rythme, d’ici à 2050 il pourrait y avoir entre 9 000 et 40 000 suicides supplémentaires rien qu’aux Etats-Unis et au Mexique.

La Tribune, 14/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube