Synthèse de presse

15 mars 2019

11h57 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

 

Conférence de l’Inserm sur le neuromarketing

L’Inserm a animé hier, à la Cité des sciences (Paris) et Sophia Antipolis (Skema Business School), une conférence « Santé en Questions », sur le thème du neuromarketing. L’événement a été organisé dans le cadre de la Semaine du cerveau, qui se tient du 11 au 17 mars. Développée aux Etats-Unis en 1998 par les Américains Gerald Zaltman et Stephen Kosslyn – respectivement chercheur en marketing et chercheur en sciences cognitives – la technique du neuromarketing entend anticiper les préférences et décisions d’achats des consommateurs, en se basant sur l’imagerie cérébrale. Brigitte Chamak, sociologue et ingénieure à l’Inserm, invitée de la conférence de l’Inserm, estime que « la seule innovation du neuromarketing en comparaison des focus groups [réunion de groupes de clients potentiels] est que l’on peut observer des images de l’activité de notre cerveau, ou plutôt des reconstructions graphiques obtenues à partir de mesures de l’enregistrement d’un signal envoyé par le système nerveux. Les chercheurs en neuromarketing prétendent ouvrir la boîte noire des consommateurs. Mais l’imagerie fonctionnelle n’est pas une mesure directe. D’autant plus que notre cerveau n’est pas doté d’un « bouton d’achat » ».

Relaxnews, 14/03


Santé : de grands progrès attendus d’ici à 2030

Le Figaro souligne que « les dix prochaines années s’annoncent fascinantes dans le champ des innovations en santé ». Selon Philippe Lamoureux, le directeur général du Leem (Les entreprises du médicament), « les médicaments de rupture, qui étaient rares, vont arriver de plus en plus souvent ». Philippe Lamoureux s’appuie sur l’analyse prospective « Santé 2030 » menée par le Leem et le think tank Futuribles avec une trentaine d’experts. La prospective a porté sur les traitements ainsi que sur la compréhension des maladies, le diagnostic et l’accompagnement des malades. Le Leem avait recensé, en juillet 2017, pas moins de 4 006 essais cliniques en cancérologie. Selon « Santé 2030 », les progrès passeront par « des associations d’immunothérapies, des traitements épigénétiques [visant l’organisation de l’ADN des cellules] et des traitements ciblés ». On pourrait, d’ici à dix ans, aboutir à un véritable atlas immunologique du cancer. En outre, selon « Santé 2030 », « les maladies de la vision seront diagnostiquées pour tous à un stade précoce » et « la maturation des technologies du handicap décloisonnera la malvoyance (suppléance sensorielle, aménagement de l’environnement, domotique) ». Côté thérapeutique, « la thérapie sera biomoléculaire et ciblée », promet le rapport. Par ailleurs, « Santé 2030 » fixe à 2030 la « compréhension de la maladie d’Alzheimer » et estime qu’elle sera traitée très en amont de l’apparition des symptômes. De nouveaux outils pourraient, en effet, aider à comprendre d’où vient l’accumulation de protéines anormales dans le cerveau, notamment « la microfluidique qui permet de simuler des réseaux de neurones », explique le Dr Hervé Chneiweiss, neurologue et président du comité d’éthique de l’Inserm.

Le Figaro, 15/03

En Bref

Selon une étude de l’Inserm, actuellement menée sur 3 000 patients atteints de la maladie rénale chronique, certains patients pourraient éviter d’avoir besoin de la dialyse grâce à une prise en charge précoce de leur maladie. Mais, il existe un déficit d’information des patients concernés. Bénédicte Stengel, directrice de recherche à l’Inserm, explique par exemple que seuls 10 % des personnes atteintes d’insuffisance rénale chronique bénéficient de séances d’éducation thérapeutique.

Francetvinfo.fr, 14/03

Francetvinfo.fr se penche sur le Centre Ressources Autisme (CRA) de Montpellier, qui étudie à long terme quelque 800 enfants pour mieux comprendre l’autisme. L’expérience a débuté en 2013. Durant 6 ans, plus de 800 enfants autistes de 6 à 12 ans sont suivis pour tenter de comprendre cette affection dans le cadre de cette étude menée à travers toute la France, en collaboration avec l’Inserm, l’université et le CNRS. Au terme de cette étude de grande ampleur, il s’agit de mettre en évidence les biomarqueurs de l’autisme.

Francetvinfo.fr, 14/03

Une nouvelle étude, menée par l’Université de Barcelone (UB, Espagne), et publiée dans la revue Vaccine, démontre l’utilité de la vaccination contre l’hépatite B chez les préadolescents. Selon ses auteurs, la systématisation du vaccin anti-hépatite B chez les préadolescents a entraîné une baisse de 52 % du taux d’incidence de la maladie en Catalogne depuis 1991. Les auteurs de l’étude ont analysé l’efficacité et l’impact du programme de vaccination mis en place en Catalogne en 1991. Les résultats montrent qu’après l’introduction de la vaccination systématique, le taux d’incidence dans la population générale est passé de 2,5 pour 100 000 habitants en 1991 à 1,2 pour 100 000 habitants en 2014.

Pourquoidocteur.fr, 14/03

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube