Synthèse de presse

15 novembre 2019

12h06 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Étude de l’Inserm sur l’alcool et la mémoire

Destinationsante.com rend compte d’une étude de l’Inserm qui explique comment et pourquoi le « binge drinking », la consommation effrénée et excessive d’alcool, avait des conséquences sur la mémoire. L’expérience a été menée dès 2015, à Amiens, par le groupe de recherche de l’Inserm sur l’alcool et les pharmacodépendances. A deux reprises, l’équipe de chercheurs a exposé des rats jeunes adultes à des épisodes de « binge drinking », pour « obtenir une alcoolémie comparable à celle mesurée chez les jeunes qui arrivent aux urgences après une soirée arrosée ». Résultat : 48 heures après, leur capacité d’apprentissage était affectée. La plasticité synaptique, qui « correspond à la capacité des neurones à modifier les connexions qu’ils ont établies entre eux », est empêchée. Ce processus neuronal étant long, il explique le délai de 48 heures entre l’alcoolisation massive et ses effets sur la mémoire.

Destinationsante.com, 14/11

Zika, dengue, fièvre jaune : l’ONU veut stériliser des moustiques

L’ONU a annoncé hier qu’elle allait examiner s’il est possible de combattre des maladies transmissibles par des moustiques en traquant et stérilisant les insectes mâles, rapporte LeParisien.fr. Les moustiques mâles stérilisés pourront s’accoupler mais pas se reproduire. Des tests ont déjà permis de constater que cette technique permettait de réduire la population des moustiques, mais les scientifiques ne savent pas encore si cela peut avoir une incidence notable sur la transmission des maladies. Appliquer cette technique pour tenter de limiter la transmission de maladies « pourrait être réellement significatif », a déclaré Florence Fouque, qui travaille au sein du Programme spécial de l’ONU sur la recherche et de formation concernant les maladies tropicales (TDR). Le TDR, en association avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Agence internationale de l’énergie atomique et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation, a élaboré un programme pilote à l’intention des pays intéressés à utiliser la technique de stérilisation des moustiques. Les pays sélectionnés devraient être connus début 2020 et les tests devraient durer plusieurs années, a expliqué Florence Fouque, lors d’une conférence de presse à Genève.

LeParisien.fr, 14/11

En Bref

Dans son Hors Série, 60 Millions de Consommateurs indique que « la recherche se mobilise activement pour décrypter les mécanismes de l’arthrose. A terme, des traitements innovants pourraient bouleverser sa prise en charge ». Les thérapies cellulaires et la bio-ingénierie tissulaire pourraient même faire reculer la maladie. Les projets de recherche qui ont émergé au niveau international commencent à porter leurs fruits, avec de premières avancées, souligne la revue. « Les signaux moléculaires impliqués dans l’arthrose commencent à être mieux compris », remarque le Pr Christian Jorgensen, directeur de recherche à l’Inserm spécialisé dans les thérapies innovantes de l’arthrose et de la polyarthrite rhumatoïde au centre hospitalier universitaire (CHU) de Montpellier.

60 Millions de Consommateurs, Hors Série, 01/12

Dans une interview accordée à Madame Figaro, Cédric Lemogne, psychiatre au sein de l’hôpital Georges-Pompidou et professeur à la faculté de médecine Paris Descartes, qui dirige par ailleurs des recherches à l’Inserm, explique quels impacts ont les émotions sur notre santé. Il indique : « Des dizaines d’études ont souligné l’influence des émotions négatives sur le risque et l’évolution des pathologies cardiovasculaires (infarctus, maladie coronarienne…) qui sont, rappelons-le, la première cause de décès chez les femmes. Une dépression est associée à un état inflammatoire dans l’organisme, et plus directement dans la région du cœur et de ses artères ». Et d’ajouter : « Quand on est anxieux, phobique, dépressif, on consulte moins, il y a un retard de diagnostic, donc un risque de mortalité accru si le cancer est découvert tardivement ».

Madame Figaro, 15/11

L’introduction d’un deuxième vaccin contre l’épidémie de maladie à virus Ebola a commencé hier à Goma dans l’est de la République démocratique du Congo, a indiqué l’ONG Médecins sans frontière (MSF) à l’AFP. L’utilisation du vaccin produit par Janssen Pharmaceuticals pour la société Johnson & Johnson « ciblera 50.000 personnes sur une période de quatre mois », précise MSF, responsable de sa mise en œuvre dans deux centres à Goma. Plus de 250.000 personnes ont déjà reçu la dose d’un premier vaccin depuis le début de l’épidémie dans la région en août 2018.

AFP, 14/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube