Synthèse de presse

20 mars 2020

11h41 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Augmentation du budget de la recherche en France sur dix ans et création d’un fonds d’urgence pour la recherche sur le Covid-19

Emmanuel Macron a annoncé hier, en marge d’une visite à l’Institut Pasteur à Paris, sa décision d’augmenter de 5 milliards d’euros sur 10 ans le budget de la recherche en France. « La crise du Covid-19 nous rappelle le caractère vital de la recherche scientifique et la nécessité d’investir massivement pour le long terme. J’ai décidé d’augmenter de 5 milliards d’euros notre effort de recherche, effort inédit depuis la période de l’après-guerre », a déclaré le chef de l’Etat dans un tweet. Cette annonce a été faite alors qu’Emmanuel Macron rencontrait les chercheurs de l’Institut Pasteur, et de l’Inserm, « en première ligne de la lutte contre le coronavirus depuis les premiers jours de la crise », selon l’Elysée. « On a trois priorités de recherche : les tests (…), les traitements (…) et le vaccin », a expliqué Emmanuel Macron en discutant avec les chercheurs. Présente sur place, la ministre de la Recherche Frédérique Vidal a expliqué que le « réinvestissement massif » de 5 milliards d’euros allait s’ajouter aux 15 milliards d’euros déjà prévus, ce qui « fait une augmentation de 25 % ». Cet effort sur dix ans se fera « dans le cadre de la loi de programmation pluriannuelle » sur la recherche (« LPPR ») en cours de préparation, a précisé l’Elysée. Par ailleurs, Frédérique Vidal a annoncé hier la création d’un fonds d’urgence pour la recherche sur le Covid-19 de 50 millions d’euros. Même si la loi de programmation pour la recherche ne peut être votée à temps, elle a promis des crédits et des postes supplémentaires dès 2021. Il faut « réarmer » la recherche publique française, sans attendre. « Nous sommes engagés dans une course de vitesse pour la recherche sur le coronavirus, la recherche d’un traitement, et la mise au point de vaccins », a-t-elle affirmé, avant d’annoncer la mise à disposition des chercheurs de 50 millions d’euros, très rapidement. Ce « fonds d’urgence supplémentaire » s’ajoute aux 8 millions récemment débloqués pour des projets multidisciplinaires en lien avec le virus. « Cela permettra de financer l’ensemble des projets de recherche validés notamment au travers de l’Agence nationale de la recherche », a précisé la ministre. Une partie de ces fonds servira notamment à financer les quatre essais cliniques en cours, portés par le consortium REACTing. Les scientifiques étudient notamment l’effet d’antiviraux prescrits contre le HIV ou Ebola sur les malades du Covid-19, ainsi que ceux d’un antipaludéen (la chloroquine, poussée par l’infectiologue Didier Raoult à Marseille, et que les Etats-Unis sont en passe d’utiliser massivement). « Nous espérons des résultats dans les prochaines semaines », a déclaré Frédérique Vidal.

AFP, France Info, 19/03, Les Echos, 20/03

Lien entre le groupe sanguin et le risque d’apparition du coronavirus, selon une étude de chercheurs chinois

Des chercheurs chinois ont découvert qu’un groupe sanguin en particulier serait davantage vulnérable face à l’épidémie de coronavirus, rapporte Yahoo.fr. Les résultats de cette étude ont été publiés par le site Medrxiv.org. Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont procédé à plusieurs analyses. Tout d’abord, ils ont étudié le groupe sanguin de 3 694 habitants non contaminés de la ville de Wuhan (Chine). D’après ces premières analyses, ils ont constaté que 33,84 % appartenaient au groupe O, 32,16 % au A, 24,90 % au B et 9,10 % au groupe sanguin AB. Dans un second temps, ils ont passé en revue les groupes sanguins des 1 775 patients de deux hôpitaux tous testés positifs au Covid-19. Résultats : 37,75 % d’entre eux étaient du groupe sanguin A, 26,42 % appartenaient au groupe B, 25,80 % au groupe O et 10,03 % au groupe AB. Les patients du groupe sanguin A seraient donc les plus exposés au coronavirus. A l’inverse, les patients du groupe sanguin O sont ceux qui affichent un taux de mortalité inférieur de 33 %.

Yahoo.fr, 19/03

En Bref

Une pilule contenant un mélange de deux médicaments contre le VIH évoqué comme potentiel traitement contre la maladie provoquée par le Covid-19, s’est avérée inefficace, selon une étude publiée en ligne le 18 mars par le New England Journal of Medecine. Un essai effectué sur des patients chinois gravement atteints par le Covid-19 a montré que les 99 patients s’étant vu administrer le Kaletra, développé par le groupe pharmaceutique AbbVie, n’ont pas connu d’amélioration de leur état de santé sensiblement différente de celle de 100 patients ayant reçu des soins standards. Le mélange Iopinavir-ritonavir a aussi entraîné davantage d’effets secondaires, contraignant l’arrêt du traitement pour 13,8 % des patients.

La Tribune, 19/03

« Le confinement est nécessaire. C’est une étape difficile qui demande du temps. Mais plus on l’applique avec sérieux, moins il durera. Il nous faut faire preuve de détermination et de patience », déclare Olivier Véran, dans un entretien accordé au Figaro. Le ministre de la Santé explique que la situation est actuellement disparate sur le territoire français avec le pic épidémique atteint dans le Grand Est. Dans cette région, « nous construisons par exemple un hôpital de campagne, et transférons par avions militaires les malades en réanimation vers des territoires moins touchés », explique-t-il. En Corse, la situation est également tendue, car « le nombre de cas augmente rapidement ».

Le Figaro, 20/03

Nicolas Manel, directeur de recherche à l’Inserm, chef d’équipe à l’Institut Curie à Paris, spécialiste en virologie et en immunologie, a accordé une interview à TMC hier. Il dirige une équipe de recherche qui essaie de comprendre comment les virus se répliquent et comment ils fonctionnent dans les cellules. Il essaie également de comprendre comment le système immunitaire peut se mettre en place pour répondre au virus. Il évoque l’absence actuelle de vaccin contre le coronavirus.

TMC, 19/03

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube