C'est dans l'air

Vendredi 22 Mars : journée nationale du sommeil

18 mars 2019 - 9h30 | Par INSERM (Salle de presse) | Journée mondiale

Selon Joëlle Adrien, chercheuse Inserm et présidente de l’institut national du sommeil et de la vigilance, on observe qu’en 30 ans la durée du sommeil s’est réduite, notamment chez les enfants et les adolescents qui sont souvent en manque de sommeil sévère.

Parce que le sommeil influence la santé et les risques d’accidents, il est essentiel de comprendre ce qui en détermine précisément la qualité ou la durée.

Avec l’essor des neurosciences, les progrès s’accélèrent. De quoi affirmer, encore plus fermement, l’importance d’une bonne nuit de sommeil.

Les dernières avancées de l’Inserm sur le sujet :

  • En mars 2019, les résultats d’une nouvelle étude publiée par Claude Gronfier, neurobiologiste à l’Inserm et son équipe basée au Centre de recherche en neurosciences de Lyon, a permis de démonter que le temps que mettent nos différents organes vitaux (cœur et cerveau notamment) pour détecter puis adapter leur fonctionnement à un changement de lumière dans l’environnement est inférieure à 5 minutes. Le fait que l’exposition à la lumière – même de faible intensité – provoque des réactions quasi instantanées, pourrait contribuer à améliorer les protocoles de photothérapie des troubles de l’humeur et du sommeil. Ces travaux ont été publiés dans la revue Frontiers in Neurosciences et dans le Journal of Pineal Research.
  • En Décembre 2018, des chercheurs français ont réalisé les premiers films de l’ensemble du cerveau du rat pendant son sommeil grâce à une technique innovante d’imagerie par ultrasons afin de répondre à la question : Que se passe-t-il dans notre cerveau lorsque nous dormons ? Ces résultats ont été obtenus dans des laboratoires communs à l’Inserm, l’ESPCI Paris, au CNRS, et à Sorbonne Université. Publiés dans Nature Communications, ils permettent de redéfinir cette période comme une phase d’hyper-synchronisation cérébrale, caractérisée par des pics massifs de débit sanguin, en particulier dans l’hippocampe. 
  • En février 2018, une équipe de chercheurs de l’Inserm dirigée par Howard Cooper (Unité Inserm 1208 ” Institut cellule souche et cerveau”) en collaboration avec des collègues américains ont fournit pour la première fois une cartographie inédite de l’expression des gènes, organe par organe, et selon le moment de la journée ; un travail colossal commencé il y a dix ans et qui a nécessité deux ans d’analyse. Ces résultats publiés dans Science montrent combien il est important de tenir compte de l’horloge biologique pour administrer les médicaments au bon moment afin d’améliorer leur efficacité et d’en réduire les effets indésirables. 
  • En Décembre 2017, les résultats d’une étude pilote menée par des chercheurs de l’Inserm basés à Caen et Lyon ont suggéré que la méditation améliorerait le vieillissement. 73 personnes âgées de 65 ans en moyenne ont passé des examens d’imagerie cérébrale. Parmi elles, les “experts en méditation” (avec 15 000 à 30 000 heures de méditation à leur actif) présentaient des différences significatives au niveau de certaines régions du cerveau. En permettant une réduction du stress, de l’anxiété, des émotions négatives et des problèmes de sommeil qui ont tendance à s’accentuer avec l’âge, la méditation pourrait réduire les effets néfastes de ces facteurs et avoir un effet positif sur le vieillissement cérébral. Ces résultats ont été publiés dans la revue Scientific Reports.

POUR CITER CET ARTICLE :
Salle de Presse Inserm Vendredi 22 Mars : journée nationale du sommeil Lien : https://presse.inserm.fr/vendredi-22-mars-journee-nationale-du-sommeil/34093/



fermer
fermer
RSS Youtube