Synthèse de presse

23 août 2019

11h35 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Pollution plastique de l’eau et impact sur la santé

Un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) révèle que les niveaux actuellement connus de micro-plastiques dans l’eau potable seraient « sans danger », rapporte La Tribune. Sur les trois risques qu’elle a étudiés (risque d’ingestion, risque chimique et risque de bactéries agglomérées), l’OMS estime « faible » l’impact sur la santé humaine des micro-plastiques présents dans l’eau potable. Néanmoins, une étude publiée par l’université de Gand, en Belgique, montre que les consommateurs de produits marins ingéreraient jusqu’à 11 000 microparticules de plastique chaque année, et jusqu’à 1 % de ces microparticules sont absorbées par le corps humain. En outre, le sujet reste aujourd’hui mal documenté, indique le quotidien. Il existe en effet peu d’études fiables, et celles qui existent sont difficilement comparables. Par conséquent, l’OMS incite les chercheurs à se livrer à une évaluation approfondie sur la base de méthodes standardisées. On craint en effet que le risque d’absorption de très petites particules (les nano-particules) soit plus élevé que ce qui est aujourd’hui documenté. Surtout, si les émissions de plastiques se poursuivent à leur rythme actuel, le risque pour les écosystèmes aquatiques serait nettement plus important, ce qui entraînerait de façon quasi-mécanique un danger accru sur la santé humaine.

La Tribune, 23/08

En Bref

Des chercheurs de l’Inserm, de l’Institut Imagine, de l’Hôpital Necker-enfants malades et de l’Université Paris Saclay ont repéré, dans le cerveau, l’expression de la perception sociale, définie comme les prémices du comportement social. L’équipe française a invité des volontaires sains à regarder un clip vidéo reprenant des scènes d’interactions sociales du film Le Petit Nicolas (2009). Le mouvement de leurs yeux était capté pendant la séance et les chercheurs ont mesuré une grande variabilité dans la fréquence de fixation des yeux des personnages par les volontaires. « Grâce à cette technique, nous avons été capables de mesurer objectivement la variabilité interindividuelle de perception sociale », indique Ana Riva Baggio Saitovitch, de l’Institut Imagine, première auteure de ces travaux, « et nous avons ensuite pu la corréler avec l’activité du sillon temporal supérieur (STS), une région cérébrale fortement impliquée dans les processus sociaux ». Elle veut désormais utiliser cette technologie comme un marqueur de la perception sociale, afin notamment d’évaluer des traitements de l’autisme.

Larecherche.fr, 07/08

Les troubles psychiques reconnus comme accidents du travail ou maladies professionnelles sont en hausse, indique Destinationsante.com. L’augmentation pourrait venir d’un accroissement des risques psycho-sociaux mais aussi d’une prise de conscience de la part des travailleurs et des médecins. Dépressions, burn out, troubles anxieux, états de stress post-traumatique, traumatisme psychologique… ces troubles psychiques peuvent constituer un accident du travail ou une maladie professionnelle. Selon des estimations établies notamment par l’Inserm, entre 120 000 et 400 000 personnes seraient atteintes de troubles psychiques liés au travail.

Destinationsante.com, 22/08

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube