Synthèse de presse

23 mars 2018

12h18 | Par INSERM (Salle de presse)

Le sport contre le cancer

Dans un article intitulé « Le sport ne guérit pas le cancer, mais il peut y aider », Theconversation.com explique que « le sport devient un atout pour lutter contre le cancer ». Actuellement, des travaux sont menés sur la période de l’après-cancer, pour encourager les personnes à poursuivre une activité physique hebdomadaire régulière conforme aux recommandations, souligne le site. Des principes généraux définis par l’Institut général du cancer (INCa) en 2017 encadrent ces pratiques. « Deux autres institutions, l’Inserm et la Haute autorité de santé (HAS) publieront leurs recommandations cette année », ajoute-t-il. Theconversation.com indique que « l’idée de fond est de ralentir la progression de la tumeur et de contribuer à éviter une récidive en sollicitant de manière ciblée les fonctions immunitaires, métaboliques, inflammatoires et neuropsychologiques de l’individu par une activité physique ciblée ».

Theconversation.com, 22/03

 

En Bref

La nouvelle édition de Sidaction, qui vise à récolter des fonds en faveur de la lutte contre le Sida, débute ce vendredi. Selon un sondage d’Ifop-Bilendi pour Sidaction, 20% des 15-24 ans s’estiment mal informés sur le VIH, rapporte Le Parisien, qui souligne que ce chiffre est en forte hausse. Les contaminations dans cette tranche d’âge ont bondi de 24% en dix ans. 150 000 Français sont touchés par ce virus.

Le Parisien, 23/03 

Le Parisien rend compte de l’annonce hier par des chercheurs de la découverte d’un gène dont les mutations peuvent faire dégénérer une simple grippe en infection mortelle. « Cette avancée permettra d’améliorer le diagnostic, le conseil génétique aux familles et la prise en charge de patients présentant des signes » d’une telle infection, ont-ils indiqué.

Le Parisien, 23/03 

Les Echos rendent compte des travaux, soutenus par la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, menés par l’équipe de l’Institut Ifremer à Brest consistant à équiper des naissains d’huîtres de minicapteurs connectés. L’objectif est d’étudier, à partir de ce mollusque marin invertébré, « comment se développe le cancer », explique Charlotte Corporeau, biochimiste à l’Ifremer qui coordonne ce projet, nommé « Mollusc ». L’Ifremer a découvert en laboratoire que l’huître creuse, soumise à un stress de température, bloque le phénomène de croissance cellulaire – l’effet Warburg – responsable du développement d’un cancer, explique le quotidien.

Les Echos, 23/03

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube