Synthèse de presse

26 avril 2019

11h38 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

Où en est la recherche contre le paludisme ?

A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, Lefigaro.fr rappelle « 5 choses essentielles à savoir sur cette maladie », posant notamment la question des vaccins. Tandis que l’OMS a lancé cette semaine un nouvel essai clinique à très grande échelle dans le cadre duquel 400 000 enfants vont être vaccinés au Mosquirix dans trois pays d’Afrique (Malawi, Ghana, Kenya), Lefigaro.fr rappelle que « d’autres vaccins sont à l’étude, comme le Primvac, développé par l’Inserm, ou le PamVac, sur lequel travaillent l’IRD et l’université de Copenhague ». Destinationsante.fr évoque également la question de l’avancée de la recherche dans ce domaine, citant l’Inserm qui prévient : « Seule la mise à disposition d’un vaccin protecteur à plus de 80% permettra d’envisager la complète éradication du paludisme ».

Lefigaro.fr, Destinationsante.com, 25/04

Catherine Boileau obtient le prix Baillet-Latour de la santé 2019

La professeure Catherine Boileau, pharmacienne biologiste spécialisée en génétique et directrice de l’Unité 1148 de l’Inserm, abritant le Laboratoire de recherche vasculaire translationnelle (LVTS), a reçu hier le prix Baillet-Latour de la santé 2019, notamment pour ses recherches sur le syndrome de Marfan, dont elle explique au journal Le Soir : « On comprenait bien que c’était une maladie du collagène, une protéine présente dans toutes nos cellules, qui confère aux tissus une résistance mécanique à l’étirement. Nos recherches ont permis de déterminer que c’était le mode de communication entre la cellule et la protéine qui était déficient, et pas la protéine elle-même ». Catherine Boileau a aussi travaillé à la recherche du gène impliqué dans l’hypercholestérolémie familiale. Elle explique : « Il fallait être iconoclaste, regarder le problème par un autre bout [que le seul récepteur HDL muté et dysfonctionnel que les chercheurs avaient précédemment identifié]. Un Canadien a trouvé une nouvelle protéine, dite PCSK9. Elle joue un rôle majeur à la surface de la cellule. Mutée, elle n’absorbe pas suffisamment le cholestérol pour l’intégrer dans la cellule. Et le cholestérol reste, circulant dans le sang… avec les conséquences de l’on sait ».

Le Soir, 26/04

En Bref

Dans sa chronique des Echos, Eric Le Boucher déplore que ce soit « la déraison qui l’emporte chez les anti-vaccins » contre la rougeole. Au niveau mondial, le taux de vaccination contre la maladie n’est que de 85%, alors qu’il faudrait atteindre 95% pour que la prévalence mondiale du virus régresse, rappelle le chroniqueur, en pleine Semaine de Vaccination de l’OMS (du 24 au 30 avril). Il rappelle aussi qu’il y a eu 23 décès en France dus à la rougeole en France entre 2008 et 2018, selon une étude de l’Inserm. Or, le vaccin contre la rougeole est « sûr », « pas cher », et il existe « depuis un demi-siècle », plaide M. Le Boucher. Les Echos, 26/04 
Une équipe de chercheurs chinois rattachés à l’Institut de zoologie de Kunming et à l’Académie des sciences de Chine crée la polémique avec une expérience dont ils ont publié les résultats dans la revue chinoise National Science Review. Ils ont modifié l’ADN de macaques rhésus avant leur naissance en y ajoutant un gène impliqué dans le développement cognitif humain. Pour Pierre-Marie Lledo, le responsable du département de neurosciences de l’Institut Pasteur, « il s’agit très clairement de singes augmentés », ayant reçu la copie du gène humain MCPH1.Le Figaro, 26/04 
Une équipe de neuroscientifiques de l’université de Yale a réussi à raviver des neurones de cochons décapités quatre heures après leur mort. « Notre étude a montré qu’il était possible de restaurer la circulation sanguine et certaines fonctions cellulaires dans de gros cerveaux intacts de mammifères », commente le Dr. Nenad Sestan, qui a dirigé l’expérience. Ses conclusions ont été publiées dans la revue Nature.  Le Figaro, 26/04
Une stimulation transcrânienne a permis à des sujets de plus de 60 ans de recouvrer leur « mémoire de travail » de jeunes adultes. Pour ce faire, des chercheurs de l’université de Boston ont imité les deux types d’ondes cérébrales auxquelles cette forme de mémoire à court terme est liée : les ondes gamma et thêta. La revue Nature Neuroscience a publié cette étude, dirigée par Robert Reinhart et John Nguyen. La Tribune, 26/04

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube