Synthèse de presse

06 septembre 2019

11h42 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Nutri-Score désormais en conformité avec les recommandations de Santé publique France

Lequotidiendumedecin.fr rapporte que l’algorithme de calcul du Nutri-Score va connaître une mise à jour visant à le mettre en conformité avec les recommandations de Santé publique France concernant les graisses végétales. Selon un arrêté, publié le 5 septembre, dans le Journal officiel, les huiles végétales obtenues à partir de colza, de noix et d’olive font leur entrée dans la liste des ingrédients dont la présence dans un aliment génère des « points positifs », plus ou moins nombreux en fonction de la teneur. Le Nutri-Score, adopté en janvier 2016, prend en compte, pour 100 g de produits, les nutriments dont la consommation excessive nuit à la santé (comme le sel, les sucres et les acides gras saturés), et les nutriments positifs (comme les protéines, les fibres, et aussi les quantités de fruits, légumes ou légumineuses incorporées dans la recette). C’est cette dernière catégorie que les huiles de noix, d’olive et de colza rejoignent, précise le site. Par ailleurs, les huiles d’olive et de noix vendues en bouteille, qui bénéficiaient jusqu’ici d’une note D, afficheront désormais une note C, identique à celle de l’huile de colza.

Lequotidiendumedecin.fr, 05/09

Loi de bioéthique : l’utilisation des cellules-souches embryonnaires défendue par des chercheurs

La-croix.com explique que trois scientifiques, auditionnés le 4 septembre, à l’Assemblée ont défendu leurs travaux avec des cellules-souches issues de l’embryon. « Nous ne sommes pas des scientifiques fous », a affirmé devant les députés Cécile Martinat, présidente de la Société française de recherche sur les cellules-souches et directrice de recherches à l’Inserm. Accompagnée de deux collègues, elle a rappelé l’importance, à ses yeux, de pouvoir travailler durablement sur les cellules-souches embryonnaires sans qu’une recherche puisse être « du jour au lendemain » stoppée par la justice. Le site souligne qu’éclipsée par les débats autour de la PMA, la question de la recherche sur l’embryon reste un élément important du projet de loi sur la bioéthique. La principale nouveauté réside dans une distinction, que le texte établit, dans les régimes encadrant la recherche sur l’embryon et celle utilisant des cellules-souches embryonnaires. Devant les députés, les scientifiques ont insisté sur l’espoir que suscitent ces cellules-souches, en particulier dans le domaine de l’insuffisance cardiaque ou des maladies de la rétine.

La-croix.com, 05/09

En Bref

Le Figaro rend compte d’un patient « oublié », souffrant de la maladie d’Alzheimer, à l’hôpital de La Conception à Marseille, retrouvé mort dans une unité désaffectée de l’établissement. Judith Mollard-Palacios, experte psychologue à l’association France Alzheimer, indique dans un entretien au quotidien que les disparitions inquiétantes de personnes atteintes d’Alzheimer sont « un phénomène difficile à chiffrer, mais loin d’être anecdotique ». Et d’ajouter : « A un stade avancé de la maladie, ces personnes [sujettes à des « conduites de déambulation »] n’ont aucune stratégie pour retrouver leur chemin ou demander de l’aide ».

Le Figaro, 06/09

La startup bordelaise LNC Therapeutics, qui se positionne à l’avant-garde des biotechnologies appliquées à la lutte contre l’obésité, et les maladies cardio-métaboliques associées, via le développement de médicaments basés sur le fonctionnement du microbiome intestinal (ex-flore intestinale), annonce une levée de fonds de 6,2 M€, via une augmentation de capital et une opération de financement non dilutive, rapporte La Tribune. Cette jeune société innovante, présidée par Jean-Luc Treillou et dont Georges Rawadi est le directeur général, a réussi à lever 4,9 M€ auprès de ses investisseurs historiques et à attirer une nouvelle société de gestion de fortune familiale (family office). En plus de ce tour de table, l’entreprise a obtenu 0,5 M€ de financement, sous forme d’une subvention, de la part de la Région Nouvelle-Aquitaine, et 0,8 M€ de financement de la part de Bpifrance, dans le cadre de son programme Deeptech (technologies de rupture issues de la recherche fondamentale).

La Tribune, 06/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube