Synthèse de presse

09 février 2018

11h10 | Par INSERM (Salle de presse)

L’horloge biologique des organes

Sciencesetavenir.fr indique que des équipes de recherche de l’Inserm, dont les travaux sont publiés dans la revue Science, ont abouti, pour la première fois, après 10 ans d’investigations dont 2 ans d’analyse, à une cartographie inédite de l’expression des gènes, organe par organe, et selon le moment de la journée. Ces travaux de grande ampleur, dont Howard Cooper, directeur de l’équipe de recherche est à l’origine, ont été faits à partir des ARNs, indicateur de l’activité du gène correspondant. « Pour cartographier l’activation des gènes selon leur position et l’heure de la journée, les chercheurs ont analysé les ARNs de plus de 25 000 gènes de 64 organes et tissus de primates non-humains,  toutes les 2 heures et pendant 24 heures », explique le site. Ces travaux montrent l’importance de tenir compte de l’horloge biologique pour administrer des médicaments au bon moment pour améliorer leur efficacité et réduire les effets indésirables.

Reprise du communiqué de presse “Horloge biologique : à chaque organe, son rythme”

Sciencesetavenir.fr, 08/02

Un anticancéreux provoque des décès chez certains patients

Le Figaro rend compte d’un bilan réalisé par le centre régional de pharmacovigilance de Marseille, qui montre que le 5-Fluoro-Uracile (5-FU), l’un des médicaments de chimiothérapie les plus prescrits dans le traitement des tumeurs cancéreuses (sein, ORL, système digestif), a provoqué 2 800 effets indésirables graves chez 1 500 personnes entre 2005 et 2015. Parmi elles, 133 sont décédées après avoir reçu le traitement et 155 ont eu leur pronostic vital engagé. Le Dr Michèle Boisdron-Celle, responsable du département de biopathologie du cancer à l’Institut de cancérologie de l’Ouest, explique que « (…) pour les personnes qui ont un déficit [en une enzyme, la dihydropyrimidine déshydrogénase (DPD)], la dose standard de 5-FU qui leur est administrée est trop importante par rapport à celle qu’elles doivent recevoir, ce qui induit une toxicité pouvant être fatale ». Le dépistage sanguin d’absence ou de manque de cette enzyme n’est actuellement pas réalisé de façon systématique.

Le Figaro, 09/02

En Bref

Une étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’Université de Sheffield au Royaume-Uni et publiée dans l’European Heart Journal révèle qu’une simple prise de sang permet de prédire le risque de récidive d’accident cardiovasculaire chez des patients qui ont déjà fait un infarctus. Les chercheurs ont découvert un nouveau marqueur capable d’identifier le risque de récidive d’incident cardiaque après avoir analysé des échantillons sanguins de 4 354 patients atteints de syndrome coronarien aigu. Relaxnews, Doctissimo.fr, 08/02

 Pourquoidocteur.fr indique que des chercheurs de l’université de Californie du Sud ont identifié une molécule, baptisée RCGD 423, qui pourrait augmenter la régénération du cartilage et diminuer l’inflammation liée à l’arthrose. Pourquoidocteur.fr, 08/02

 Deux études publiées dans le New England Journal of Medicine confirment l’intérêt d’une thérapie génique contre la leucémie résistante, explique Doctissimo.fr. Face à des formes de leucémie résistante et agressive, les cellules CART-T (sorte de « thérapie génique sur mesure ») ont permis à des dizaines de jeunes patients d’entrer en rémission, explique le site. Doctissimo.fr, 08/02

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube