C'est dans l'air

Samedi 11 avril: Journée Mondiale de la maladie de Parkinson

09 avril 2015 - 16h44 | Par INSERM (Salle de presse) | International | Journée mondiale

En France, la maladie de Parkinson touche plus 150 000 personnes[1], et 6,5 millions dans le monde, un chiffre qui devrait augmenter avec le vieillissement de la population.

La journée mondiale de la maladie de Parkinson se tient le 11 avril en souvenir de l’anniversaire de naissance du Dr James Parkinson, premier médecin à avoir décrit les symptômes de cette maladie dégénérative en 1817.  

Affection dont les causes sont encore mal connues, la maladie de Parkinson se caractérise par la dégénérescence progressive des neurones qui produisent la dopamine. Les symptômes sont moteurs : le plus connu est le tremblement mais aussi une lenteur du mouvement, une sensation de raideur, des difficultés à écrire et des douleurs.

Cette journée,  dédiée spécifiquement aux ruptures de soins cette année,  est l’occasion de rappeler au grand public que la maladie de Parkinson n’est pas une maladie rare.  Ainsi, dans toute la France, les institutions publiques et associations, notamment l’association France Parkinson, se mobilisent pour recevoir et informer le public sur cette affection grave.

Tout au long de l’année, les chercheurs de l’Inserm se mobilisent pour mieux comprendre cette maladie et développer de nouvelles thérapies.

En particulier, l’unité Inserm 1084 « Laboratoire de Neurosciences Expérimentales et Cliniques » travaille au développement de thérapies cellulaires pour réparer les lésions cérébrales observées dans la maladie de Parkinson. Les premiers résultats sont un succès chez l’animal. Les chercheurs essayent désormais d’obtenir d’autres sources de cellules pouvant devenir des neurones que l’on grefferait pour réparer le cerveau lésé.

Retrouver le communiqué sur les récents travaux de cette équipe : « Réparer le cortex cérébral c’est possible »

Les membres de l’Unité Inserm 1127 « Institut du Cerveau et de la Moelle épinière » s’intéressent quant à eux, aux mécanismes moléculaires et génétiques de la maladie de Parkinson. Mieux comprendre l’origine de la mort de neurones devrait permettre d’identifier de nouvelles thérapies symptomatiques et curatives.

Enfin, Benjamin Dehay, chercheur Inserm, et son équipe au sein de l’UMR 5293 « Institut des maladies neurodégénératives » s’intéressent, eux aussi, aux bases cellulaires et moléculaires des processus à l’origine de la mort des neurones dans la maladie de Parkinson. Ils se concentrent notamment sur la compréhension des causes et des mécanismes de cette maladie, et à identifier de nouvelles cibles thérapeutiques.

Pour vos interviews et besoins de reportage, retrouver tous les contacts Inserm spécialistes dans le « kit de presse Parkinson » disponible en téléchargement ci-contre.

[1] Source : DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), Etude sur l’état de santé de la population en France, édition 2015.

POUR CITER CET ARTICLE :
Salle de Presse Inserm Samedi 11 avril: Journée Mondiale de la maladie de Parkinson Lien : http://presse.inserm.fr/samedi-11-avril-journee-mondiale-de-la-maladie-de-parkinson/18830/



Contacts médias
Contact Chercheur

Afsaneh Gaillard 
Responsable d’équipe Inserm
Unité Inserm 1084 « Laboratoire de Neurosciences Expérimentales et Cliniques » 
05 49 45 38 73
afsaneh.gaillard@univ-poitiers.fr

Benjamin Dehay
Chercheur Inserm
UMR 5293 « Institut des maladies neurodégénératives »
05 57 57 16 85
benjamin.dehay@inserm.fr

Contact Presse

presse@inserm.fr

fermer
fermer
RSS Youtube